3 août 2020

Covid-19 : L’économie américaine enregistre le pire plongeon trimestriel jamais enregistré, le PIB se contracte de 33%.

L’économie américaine s’est contractée à un taux annuel étourdissant de 33 % au cours du trimestre d’avril-juin, ce qui est de loin le pire plongeon trimestriel jamais enregistré lorsque l’épidémie virale a provoqué la fermeture d’entreprises, jetant des dizaines de millions de personnes au chômage et faisant grimper le taux de chômage à 14,7 %, a déclaré le gouvernement jeudi.

L’estimation par le ministère du commerce de la baisse du produit intérieur brut au deuxième trimestre, c’est-à-dire la production totale de biens et de services, a marqué la plus forte baisse de ce type sur les registres datant de 1947.

La pire contraction trimestrielle précédente, une baisse de 10 %, s’était produite en 1958 sous le gouvernement Eisenhower.

La baisse du dernier trimestre a fait suite à une chute de 5 % au cours du trimestre de janvier-mars, au cours duquel l’économie est officiellement entrée en récession déclenchée par le virus, mettant fin à une expansion économique de 11 ans, la plus longue jamais enregistrée aux États-Unis.

La contraction du trimestre dernier a été provoquée par un recul important des dépenses de consommation, qui représentent environ 70 % de l’activité économique. Les dépenses des consommateurs se sont effondrées à un taux annuel de 34 %, car tous les voyages, sauf les voyages gelés et les commandes de fermeture, ont forcé la fermeture de nombreux restaurants, bars, lieux de divertissement et autres établissements de détail.

A lire également : Coronavirus EN DIRECT : 5 864 nouveaux cas de Covid-19 au Tamil Nadu ; 239 978 cas

L’investissement des entreprises et le logement résidentiel ont également subi de fortes baisses au cours du dernier trimestre. Les dépenses publiques, diminuées par une perte de recettes fiscales qui a entraîné des licenciements, ont également diminué.

Le marché de l’emploi, le pilier le plus important de l’économie, a été gravement endommagé. Des dizaines de millions d’emplois ont disparu pendant la récession. Plus d’un million de personnes licenciées ont demandé des allocations de chômage pendant 18 semaines consécutives. Jusqu’à présent, environ un tiers des emplois perdus ont été récupérés, mais la résurgence du virus va probablement ralentir la progression du marché de l’emploi.

Le président Donald Trump a fait pression sur les États pour qu’ils rouvrent les entreprises malgré les inquiétudes que le virus continue de faire peser sur les travailleurs et les clients de nombreux emplois du secteur des services qui nécessitent de fréquents contacts en face à face.

La contraction du dernier trimestre a été si étourdissante que la plupart des analystes s’attendent à ce que l’économie rebondisse fortement au cours du trimestre actuel de juillet-septembre, peut-être même de 17 % ou plus sur une base annuelle.

Pourtant, le taux de cas de coronavirus confirmés ayant augmenté dans une majorité d’États, davantage d’entreprises étant contraintes de renoncer à des réouvertures et le Sénat républicain proposant de réduire l’aide gouvernementale aux chômeurs, l’économie pourrait se dégrader dans les mois à venir.

L’administration Trump parie contre ce résultat en affirmant que l’économie connaîtra une reprise en forme de V, dans laquelle le plongeon du dernier trimestre serait suivi d’un rebond impressionnant au cours du trimestre en cours ; une dose de bonnes nouvelles espérée qui serait annoncée fin octobre, peu de temps avant le jour des élections.