4 août 2020

Covid-19 a souligné le rôle crucial de l’ONU, selon la prochaine Assemblée générale prez

La pandémie de Covid-19 a mis en évidence le “rôle crucial” des Nations unies et de ses agences, a déclaré Volkan Bozkir, qui doit diriger la 75e session historique de l’Assemblée générale des Nations unies qui commence en septembre.

M. Bozkir a exposé ses priorités en tant que président du principal forum multilatéral du monde, au cours d’un dialogue interactif virtuel avec les États membres des Nations unies qui s’est tenu vendredi, a rapporté l’agence de presse Xinhua samedi.

“L’épidémie a coïncidé avec le 75e anniversaire des Nations unies. C’est un rappel brutal de l’importance d’un multilatéralisme efficace et, en particulier, du rôle crucial de l’ONU et de ses agences”, a-t-il déclaré.

Comme le coronavirus ne voit pas de frontières et ne fait pas de discrimination, il a déclaré que la lutte pour le vaincre ne devrait pas entraîner de stigmatisation, d’inégalité ou d’injustice.

“Un monde libéré de Covid-19 nécessitera le plus grand effort de santé publique et de redressement social du monde entier”, a-t-il déclaré.

M. Bozkir a salué l’action rapide entreprise jusqu’à présent par les Nations unies face à la crise, notamment l’adoption de plusieurs résolutions de l’Assemblée générale qui mettent l’accent sur la solidarité et la coopération.

“Je crois sincèrement que l’Assemblée générale, avec sa composition universelle et l’égalité de statut de tous ses membres, ainsi que ses références démocratiques, est la plateforme la plus appropriée pour fournir une orientation politique dans la réponse à la pandémie”, a-t-il noté.

M. Bozkir, qui travaille au sein du service extérieur turc depuis près de 40 ans, est le seul candidat à la présidence de l’organe qui réunit les 193 États membres des Nations unies.

Il s’est engagé à travailler à la consolidation de la confiance et de la cohésion entre les pays, les grands groupes des Nations unies et les organisations internationales, et à faire en sorte que les personnes les plus vulnérables du monde aient voix au chapitre.

LIRE AUSSI : Covid-19 : Les pays pauvres face à une crise de la dette, selon un rapport de l’ONU

Alors que les pays s’engagent dans une décennie d’action pour atteindre les objectifs de développement durable (SDG) d’ici 2030, il a appelé les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement à rester une priorité mondiale absolue.

“Les besoins des pays africains et leurs circonstances particulières, y compris l’Agenda 2063, continueront à recevoir votre attention”, a-t-il ajouté, se référant au projet de l’Union africaine de transformer le continent.

“Une autre priorité transversale consiste à améliorer le niveau de vie et les droits des femmes. La participation pleine et égale des femmes dans toutes les sphères de la vie, en renforçant leur statut au sein de la société, est une nécessité absolue dans tous nos efforts”.

En tant que président de l’Assemblée générale des Nations unies, ou PGA, il sera guidé par l’efficacité, l’efficience, la responsabilité et la non-discrimination.

“La recherche d’un consensus sera l’un des principaux efforts déployés pendant mon mandat. J’utiliserai, dans la mesure du possible, l’autorité morale et la puissance douce du PGA. J’assurerai la continuité avec le travail des AGP précédentes et apporterai des améliorations là où elles seront nécessaires”, a-t-il déclaré.

“L’agenda général de notre organisation exige une coordination étroite entre les organes de décision des Nations unies. Je vais essayer de combler les lacunes et les doubles emplois en ce qui concerne l’ordre du jour de l’Assemblée générale”.