22 septembre 2020

Borissov renvoie le ministre de la justice au milieu d’une escalade des protestations

Le premier ministre bulgare Boyko Borissov a remplacé le ministre de la justice du pays après qu’une manifestation anti-gouvernementale dans la capitale ait tourné à la violence.

Depuis près de trois mois, des manifestants demandent la démission de Borissov et de son gouvernement, les accusant de corruption et de liens criminels. Le président Rumen Radev a également soutenu les manifestants.

Mardi, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale Sofia pour rejeter ce qu’elles disent être un contrôle oligarchique sur le gouvernement et le système judiciaire bulgares. Environ 200 manifestants et officiers de police ont été blessés et au moins 126 personnes ont été arrêtées lors des affrontements.

Borissov, qui est au pouvoir depuis plus de dix ans, remanie son gouvernement et propose de remanier le système politique du pays par le biais de changements constitutionnels. Jeudi, le ministre de la justice, Danail Kirilov, a remis sa démission après avoir fait l’objet de critiques concernant un projet de nouvelle constitution dont il était le co-auteur. Il a été remplacé par son adjointe Desislava Ahladova.

Les protestataires ont rejeté les projets d’amendement constitutionnel, estimant qu’il s’agissait pour Borissov de gagner du temps jusqu’aux prochaines élections de mars. Mercredi, Radev a déclaré que la démission de Borissov et de son cabinet était le seul moyen de sortir de la tourmente politique, mais des hauts fonctionnaires du parti au pouvoir ont déclaré jeudi qu’après les événements violents, ils cesseraient tout débat sur une éventuelle démission.

“Si nous le faisons, cela signifierait que tout gouvernement à venir pourrait être renversé par des représentants de la pègre criminelle”, a déclaré le parti au pouvoir dans une déclaration.