7 août 2020

Boeing annonce une perte de 2,4 milliards de dollars au deuxième trimestre pour le 737 Max échoué, pandémie de Covid-19

Boeing annonce une perte de 2,4 milliards de dollars pour le deuxième trimestre en raison de l’immobilisation au sol de son jet 737 Max et de la pandémie de coronavirus, qui devrait déprimer les voyages aériens encore plus longtemps que prévu.

La société a déclaré mercredi que ses revenus ont chuté de 25 %, ce qui est pire que ce que les analystes avaient prévu.

La réalité est que l’impact de la pandémie sur le secteur de l’aviation continue à être sévère”, a déclaré le PDG David Calhoun.

Cette pression exercée sur nos clients commerciaux signifie qu’ils retardent les achats de jets, ralentissent les livraisons, reportent les opérations de maintenance facultatives, retirent les vieux avions et réduisent les dépenses, autant de facteurs qui ont une incidence sur nos activités et, en fin de compte, sur nos résultats.

M. Calhoun a déclaré qu’il faudra environ trois ans pour revenir à un niveau de passagers de 2019.

Mardi, un groupe commercial de l’industrie aérienne a déclaré que le transport aérien ne retrouvera pas son niveau d’avant la pandémie avant au moins 2024, soit un an de plus que ses prévisions précédentes.

A lire également : Boeing va retarder le 777X d’un an, car la demande de gros porteurs est en baisse : Rapport

L’Association internationale du transport aérien a cité l’incapacité des États-Unis et des pays en développement à contenir le coronavirus.

Depuis le début de l’année, les livraisons de nouveaux avions de ligne de Boeing, qui constituent une source essentielle de liquidités pour la compagnie basée à Chicago, ont diminué de 71 %.

Boeing a enregistré 59 commandes mais 382 annulations, principalement pour le Max. 323 autres commandes, également pour la plupart des avions Max, ont été retirées du carnet de commandes de Boeing en raison de l’incertitude quant aux accords en cours.

Pour Boeing, la pandémie a aggravé les problèmes qui ont commencé avec son avion de ligne 737 Max, qui reste cloué au sol après deux écrasements ayant fait 346 morts.

Le deuxième trimestre aurait été pire pour Boeing si ce n’était de ses activités dans le domaine de la défense et de l’espace, qui dépendent de contrats avec les gouvernements et qui ont été largement isolées de la pandémie. Le chiffre d’affaires de cette activité est resté stable par rapport à l’année dernière.

Pourtant, l’entreprise a été contrainte de licencier des milliers de travailleurs, de réduire ses dépenses et de suspendre son dividende.

Elle a également émis 25 dollars de nouvelles dettes sur le marché privé, ce qui a évité au gouvernement fédéral d’avoir à prendre l’argent de l’allègement des coronavirus ce printemps.

Les actions ont augmenté de plus de 1 % avant la cloche d’ouverture.