11 août 2020

American Airlines prévient que 25 000 travailleurs pourraient perdre leur emploi en raison de la baisse de la demande

American Airlines informe environ 25 000 travailleurs que leur emploi pourrait être supprimé en octobre en raison de la chute de la demande de transport aérien, ce qui aggrave le bilan de la pandémie de virus dans le secteur aérien.

Les cadres supérieurs américains ont déclaré mercredi que le nombre de licenciements ou de mises à pied pourrait être inférieur si un nombre suffisant de travailleurs prenaient des rachats ou acceptaient des congés partiellement payés pouvant aller jusqu’à deux ans.

Les responsables des compagnies aériennes ont pensé qu’ils pourraient éviter les permissions de sortie “parce que nous pensions que la demande de transport aérien allait rebondir régulièrement d’ici le 1er octobre, à mesure que l’impact de Covid-19 se dissiperait. Malheureusement, cela n’a pas été le cas”, ont déclaré le PDG Doug Parker et le président Robert Isom dans une note de service aux employés.

Les voyages aériens ont repris lentement depuis la mi-avril mais restent très déprimés. En juin, les revenus des passagers d’American ont diminué de plus de 80 % par rapport au même mois de l’année dernière.

A VOIR AUSSI : Les compagnies aériennes perdent 1,1 trillion de roupies sur trois ans : Recherche CRISIL

Les compagnies aériennes américaines ont accepté une aide fédérale pouvant atteindre 25 milliards de dollars pour aider à couvrir les coûts salariaux en échange de ne pas supprimer d’emplois avant octobre. American a reçu 5,8 milliards de dollars en espèces et en prêts, Delta a reçu 5,4 milliards de dollars et United Airlines a reçu 5 milliards de dollars. Cette aide n’a probablement fait que retarder les suppressions d’emplois massives dans l’ensemble du secteur aérien.

La semaine dernière, United a dit à 36 000 employés qu’ils pourraient perdre leur emploi en octobre. Delta a envoyé des avis à plus de 2 000 pilotes.

Par ailleurs, Delta Air Lines a déclaré mercredi qu’elle s’attendait à prendre une charge de 2,7 à 3,3 milliards de dollars pour couvrir le coût des retraites anticipées et des rachats d’actions pour les employés, car elle se réduit en réponse à une forte diminution des voyages aériens.

La compagnie aérienne a déclaré cette semaine que 17 000 employés ont accepté de partir.

Delta a déclaré dans un dossier réglementaire que 500 à 600 millions de dollars de la redevance seraient consacrés aux paiements en espèces aux pilotes, aux agents de bord, aux travailleurs au sol et aux autres employés qui quittent leur emploi au cours du trimestre de juillet à septembre. Les employés qui acceptent de partir reçoivent des paiements, une assurance maladie et, dans certains cas, des prestations de soins de santé pour les retraités.

Le PDG de Delta, Ed Bastian, a déclaré que la compagnie aérienne espère réaliser “la grande majorité des changements de personnel dont nous avons besoin” par des départs volontaires, “en minimisant, voire en éliminant, la nécessité des congés involontaires”.