9 août 2020

AirAsia Group pèse environ 234 millions de dollars grâce à l’émission de droits

Le groupe AirAsia envisage de lever environ 1 milliard de ringgit (234 millions de dollars) par le biais d’une émission de droits après qu’un auditeur externe ait exprimé des inquiétudes quant à sa viabilité, selon une personne ayant connaissance de la question.

Le porteur de budget travaille avec un conseiller sur la levée de fonds prévue, a déclaré la personne, qui a demandé à ne pas être nommée car l’information est privée. AirAsia envisage également de lever des fonds supplémentaires via la vente de participations dans ses unités numériques et de fret afin de renforcer sa position financière, a déclaré la personne.

Les délibérations sur l’émission de droits et les ventes de participations prévues sont toujours en cours et AirAsia pourrait décider de ne pas poursuivre, ont déclaré les citoyens. Un représentant d’AirAsia a refusé de faire des commentaires sur cette question.

AirAsia, comme d’autres compagnies aériennes dans le monde, a subi les effets néfastes du coronavirus pandémique qui a réduit la demande de transport aérien à la suite des contrôles aux frontières.

Le transporteur malaisien a enregistré une perte nette record de 803,8 millions de ringgits au premier trimestre, contre un revenu net de 96,1 millions de ringgits un an plus tôt, selon un communiqué de la bourse publié lundi. Son passif à court terme a dépassé son actif à court terme de 1,84 milliard de ringgit à la fin de 2019, avant même la pandémie.

L’auditeur de la compagnie, Ernst & Young, a averti dans une déclaration à la bourse de Kuala Lumpur mardi que la capacité de la compagnie aérienne à poursuivre ses activités pouvait être “sérieusement mise en doute”.

L’Association internationale du transport aérien a déclaré le mois dernier que la dette de l’industrie a augmenté d’environ 120 milliards de dollars, un niveau que de nombreux transporteurs ne pourront pas maintenir sans que les gouvernements n’interviennent pour convertir les emprunts en capitaux propres. Le groupe commercial a prédit que le secteur subirait une perte record de 84 milliards de dollars en 2020, soit plus de trois fois les 31 milliards de dollars atteints lors de la récession de 2008-2009.