12 août 2020

50 000 manifestants azéris se rassemblent à Bakou pour chanter des slogans pro-guerre et demander une action militaire contre l’Arménie

Environ 50 000 personnes ont manifesté à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan, appelant à la guerre après les récents affrontements meurtriers avec l’Arménie voisine.

Les forces de sécurité ont déployé des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, qui ont demandé au gouvernement de déployer complètement l’armée, en criant des slogans pro-guerre, tels que “Mort aux Arméniens” et “Ordonnez-nous d’aller à la guerre”. Certains d’entre eux sont même entrés dans le bâtiment du parlement.

Les fonctionnaires du gouvernement ont tenté de calmer la foule, en vain. À un moment donné, des manifestants ont renversé un véhicule de police. Une centaine de personnes ont été arrêtées. Les rassemblements de masse sont actuellement interdits en Azerbaïdjan afin de contrôler la propagation du coronavirus.

Depuis dimanche, 16 personnes ont été tuées dans un conflit frontalier entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le ministère arménien de la défense a déclaré que l’incident a commencé après que des soldats de l’autre côté aient tenté de traverser la frontière dans un véhicule.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan faisaient partie de l’Union soviétique et ont été impliqués dans un conflit territorial depuis leur indépendance dans les années 1990. Le problème principal est un territoire contesté appelé Haut-Karabakh, internationalement reconnu comme faisant partie de l’Azerbaïdjan mais contrôlé par les Arméniens de souche.

L’incident actuel semble marquer la plus grave flambée des hostilités depuis 2016, année où les nations ont combattu pendant 4 jours dans la région. La violence a entraîné la mort de plus de 90 soldats de chaque côté et de plus d’une douzaine de civils.