France: les réseaux sociaux réagissent au projet de loi visant à interdire le hijab aux mineurs – Middle East Eye édition française

Au milieu de la répression en cours par la France contre le prétendu «séparatisme» musulman dans le pays, le Sénat français a voté en faveur de l’ajout d’un amendement au soi-disant «projet de loi sur le séparatisme» qui interdirait aux filles de moins de 18 ans de porter le hijab dans les espaces publics. .

Le 30 mars, le Sénat a voté en faveur de l’inclusion de «l’interdiction dans l’espace public de tout signe religieux ostentatoire par les mineurs et de toute tenue vestimentaire qui signifierait une infériorisation des femmes sur les hommes» dans un projet de loi officiellement intitulé «Renforcer le respect des principes de la République »- qui a été critiquée par les critiques comme ciblant massivement les citoyens musulmans.

Le Financial Times critiqué pour son enquête sur la lettre de Macron

Lire la suite ”

Bien qu’il soit illégal pour les élèves de porter un hijab dans les écoles publiques françaises depuis 2004, l’amendement étendrait l’interdiction aux mineurs dans tous les espaces publics.

Le projet de loi sur les «principes de la République» doit d’abord être approuvé par l’Assemblée nationale du pays avant de devenir loi.

S’il était adopté, cela signifierait également que les mères portant un hijab ne seraient pas autorisées à accompagner les voyages scolaires – tandis que les burkinis, les maillots de bain modestes et complets, seraient interdits dans les piscines publiques.

La nouvelle du dernier amendement au projet de loi a déclenché une réaction violente sur les réseaux sociaux, un certain nombre d’utilisateurs utilisant le hashtag «hands off my hijab» pour exprimer leur désapprobation.

Certains ont fait valoir que le fait de priver les filles de leur droit de choisir quoi porter ne constituait pas une défense des droits des femmes, comme l’ont fait valoir certains politiciens français.

Traduction: Après l’interdiction du hijab pour les mineurs, les chaperons voilés (de sortie scolaire) et le burkini, où est “Liberté, égalité et fraternité” dans tout ça ?????

Traduction: “Laissez les femmes porter ce qu’elles veulent” – gardez cet esprit aussi pour les femmes qui portent le hijab! L’interdiction du voile en France est pour moi un moyen d’interdire cette religion et de la rabaisser. Pourtant, c’est tout simplement un choix! Laisser vivre les femmes musulmanes

D’autres ont vu l’amendement comme une nouvelle tentative de réglementer le corps des femmes.

Les utilisateurs français des réseaux sociaux ont exprimé leur inquiétude face à la détérioration des relations de leur pays avec l’islam.

Traduction: J’ai honte de ce que ma France est en train de devenir. Ce soir le Sénat vient de voter (sur l’amendement) l’interdiction du port du voile par les mineurs dans l’espace public et des enseignes religieuses par les accompagnateurs de voyage scolaire. C’est vous qui créez le séparatisme. Nous n’oublierons pas

Des personnalités publiques et des influenceurs des médias sociaux ont contribué à la conversation, exprimant leur solidarité avec les femmes musulmanes – y compris Amani al-Khatahtbeh, fondatrice de la plateforme en ligne muslimgirl, qui vise à reprendre le récit des femmes musulmanes.

Certains influenceurs ont montré leur solidarité avec la campagne en écrivant le slogan sur leur main tout en informant leur suite des événements en France:

Le projet de loi actuellement en discussion au Sénat est l’une des nombreuses initiatives du gouvernement du président Emmanuel Macron cherchant à réprimer l’islamisme depuis octobre – y compris une loi sur la sécurité mondiale et une charte controversée de l’imam condamnant les discussions sur le “racisme d’État”.

Les critiques ont accusé Macron et son cabinet d’adopter des points de discussion d’extrême droite, tout en poussant une législation trop large qui contribue à la confusion entre l’islam et l’islamisme, renforçant ainsi le sentiment anti-musulman dans le pays.

La France n’est pas le seul pays d’Europe à adopter une position ferme sur sa communauté musulmane.

Le parlement néerlandais a décidé en février de surveiller les mosquées sur «l’influence étrangère».

En mars, la Suisse a interdit le port de la burqa dans les lieux publics après le vote d’un référendum à une faible majorité de 51%.