France.Les condamnations contre des manifestants pacifiques qui ont défilé contre un groupe xénophobe doivent être annulées – Amnesty International

Avant l’audience d’appel de demain de sept militants condamnés pour «facilitation de l’entrée irrégulière de ressortissants étrangers» alors qu’ils participaient à une marche à la frontière franco-italienne contre les actions du groupe Génération Identitaire dans les Alpes, Nils Muižnieks, Amnesty International’s Regional Directeur pour l’Europe, a déclaré:

«Abuser des lois anti-contrebande pour condamner des militants courageux qui ont défilé contre les activités illégales du groupe raciste et xénophobe Generation Identitaire est non seulement un scandale, mais une violation de leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Abuser des lois anti-contrebande pour condamner des militants courageux qui ont défilé contre les activités illégales du groupe raciste et xénophobe Generation Identitaire est un scandale

Nils Muižnieks, Amnesty International

“Plutôt que d’être criminalisé de cette manière, le Briançon 7 devrait plutôt être célébré pour s’opposer à des actions qui menaçaient la sécurité et les droits des réfugiés et des migrants. Leurs condamnations devraient être annulées.”

Plutôt que d’être criminalisé de cette manière, le Briançon 7 devrait plutôt être célébré pour s’opposer à des actions qui menaçaient la sécurité et les droits des réfugiés et des migrants.

Nils Muižnieks, Amnesty International

«Participer à une manifestation pacifique n’est pas un crime. Le faire, côte à côte avec les réfugiés et les migrants, n’est qu’un exemple de solidarité. La France doit agir pour protéger les défenseurs des droits humains solidaires des réfugiés et des migrants et modifier d’urgence le délit de «facilitation de l’entrée irrégulière» pour garantir qu’aucun acte de solidarité ne soit plus jamais puni.

CONTEXTE

Le 21 avril 2018, le groupe Génération Identitaire a lancé l’opération «Defend Europe» dans la région de Briançon, en France. Les membres du groupe ont déployé une banderole géante dans un col de montagne, usurpant les fonctions de la police des frontières et bloquant le passage des réfugiés et des migrants d’Italie vers la France.

En réponse, plus de 100 manifestants ont organisé une contre-manifestation marchant pacifiquement depuis l’Italie et traversant la frontière française, atteignant la ville de Briançon.

Le 13 décembre 2018, le tribunal correctionnel de Gap a condamné Benoit Ducos, Lisa Malapert, Mathieu Burellier, Jean-Luc Jalmain, Bastien Stauffer, Elenonora Laterza et Théo Buckmaster, dit Briançon 7, pour «avoir facilité l’entrée irrégulière de ressortissants étrangers». en France.

Membres de Génération Identitaire ont été condamnés en 2019 pour les événements d’avril 2018. En mars 2021, les autorités françaises ont interdit et dissous l’organisation pour incitation à la discrimination, à la haine et à la violence.

Pour une analyse détaillée du cas, voir https://www.amnesty.org/en/documents/eur21/4181/2021/en/

Pour plus d’informations ou pour organiser une entrevue, veuillez contacter:
Courriel de Stefan Simanowitz: press@amnesty.org