Fontaine "Trop de mensonges sur la Lombardie"/ "Donc ils veulent arrêter notre développement mais…" – La Filiale.net

La Lombardie toujours dans la zone rougel’espoir du gouverneur Attilio Fontana C’est que c’est le dernier. “Si les vaccins arrivent, nous vaincrons le virus.“, explique le président de la Région dans l’interview accordée aujourd’hui à Il Giornale. L’objectif est de vacciner tous les Lombards d’ici juillet, mais cela n’est possible qu’à une condition : “Si nous avons la disponibilité des vaccins nécessaires“. Entre-temps, tous les invités de la RSA Lombardie ont été vaccinés et le personnel de santé, public et privé, a été immunisé. Mais la controverse continue Affaire Aria. “Il y avait un problème dans les réservations, nous le reconnaissons. Malgré cela, nous avons pu inoculer 1,4 million de doses, ce qui représente de loin le plus grand nombre de doses dans le pays.“, défend Fontana, selon lequel le maximum a été fait avec les doses arrivées. “La couverture est courte. Les miracles n’arrivent pas. Celui qui crie au miracle est brûlé“.

Le sentiment du gouverneur est que certaines attaques sont dirigées contre la Ligue et cachent l’objectif de mettre la main sur la Lombardie: “Ils remettent en question notre collaboration avec le secteur privé, notre ouverture à l’innovation. Mettre la main sur la Lombardie, c’est prendre la région la plus importante…“. Pour Fontana, la Lombardie est convoitée par beaucoup : “Mais le risque de cette opération est qu’elle n’améliore pas le reste du pays, elle coupe les ailes de la Lombardie. Et si la Lombardie vole bas, le pays aussi.“.

FONTANA, DU FÉDÉRALISME AU CAS AÉRIEN

Attilio Fontana réitère l’importance de l’autonomie, ainsi “Invité par de nombreuses personnes dans les palais romains.“. Pour le président de la Région de la Lombardie on ne peut pas parler de l’échec du fédéralisme : “Nous sommes en plein milieu d’une réforme qui a été bloquée. L’attaque de la Lombardie, le chef de file de cette bataille, c’est aussi ça.“. Le sentiment centralisateur qui a repris de la force va dans le même sens que les attentats selon Fontana : “Une certaine partie, des médias et de la politique, essaie de s’opposer à un certain développement, essaie d’imposer une vision différente de celle qui existe en Lombardie. Si certains mensonges continuent à être répétés, les gens risquent finalement d’être conditionnés. C’est pourquoi nous devons faire attention“, dit-il dans l’interview accordée à Il Giornale. En revenant à la Affaire AriaLe gouverneur a expliqué que le directeur était resté en place parce qu’il venait d’arriver et qu’il n’avait pas encore eu l’occasion d’exprimer ses innovations. Il n’a pas non plus envie de lancer des accusations contre le Cdatout en reconnaissant que les défis ont été trop nombreux.

Une défense claire de Attilio Fontana a Guide de Bertolaso: “Il a fait un excellent travail. Il aime prendre des dispositions décisives et était le seul à avoir l’expertise nécessaire pour organiser un plan de cette ampleur.“. Avis positif également sur le travail réalisé par Letizia MorattiConseiller en charge du bien-être et vice-président : “Il fait la démonstration de ses excellentes capacités et de son engagement. Ceux qui ne nous aiment pas espéraient une opposition. Ils seront déçus“. Quant à laL’achat par la Campanie du vaccin russe Sputniks’il est approuvé par l’Ema et/ou l’Aifa, le président de la région Lombardie parle de “boutade“, a “provocation“. Tout en reconnaissant la nécessité d’accélérer, il a respecté les règles. Pendant ce temps, en Brianza, la production sur site de la Le vaccin Pfizer. “Un grand vaccin, c’est aussi important en perspective : être autonome, ne pas toujours dépendre des autres“.

Enfin, au sujet des relations avec le Premier ministre Mario DraghiFontana a assuré qu’ils étaient excellents.Disponibilité maximale, compréhension, écoute. Il a eu une sortie difficile, mais on a toujours respecté les consignes.“. Mais il ne pense pas qu’il faisait référence à la Lombardie : “Nous avons suivi les instructions d’une manière servile. J’ai entre autres toujours partagé le choix de vacciner par âge, au-delà des fragiles, des médecins et du RSA, évitant ainsi les tensions et guerres entre catégories“.

© REPRODUCTION RÉSERVÉE