Exposition sur les Champs-Élysées – Commentaires astucieux coulés dans le bronze – Stuttgarter Nachrichten

Le dessinateur Philippe Geluck présente une exposition hors du commun. Il montre vingt figures en bronze de son célèbre chat «Le Chat» sur les Champs-Élysées à Paris. Photo: Krohn / Krohn


Le dessinateur Philippe Geluck expose ses bandes dessinées sous forme de statues de trois mètres de haut sur les Champs-Élysées à Paris

Paris – Philippe Geluck est un artiste sournois. Légers et ludiques, ses chats au nez noueux captivent le spectateur souriant, mais au second coup d’œil les personnages révèlent parfois une profonde tristesse qui est précisément ce qui fait réfléchir. Une caricature d’atlas d’aspect grec soulève le ciel, qui dans ce cas se révèle être notre terre – remplie de déchets plastiques.

Vingt caricatures coulées en bronze

Dans les prochains mois, le caricaturiste belge présentera vingt de ses œuvres sous le titre «Le Chat Déambule» d’une manière très particulière: comme des statues en bronze de près de trois mètres de haut sur les Champs-Élysées à Paris. «L’exposition devait effectivement avoir lieu l’année dernière», explique Philippe Geluck, mais tout a été retardé à cause de la pandémie corona. Maintenant que tous les musées de France sont fermés, les caricatures coulées en bronze en plein air attirent particulièrement les visiteurs. “Je suis heureux si je peux offrir aux gens un peu de variété avec mon travail”, déclare le joueur de 66 ans, “je pense que nous avons tous besoin d’un peu de distraction pour le moment.”

Philippe Geluck dessine ses chats depuis 1983, ce qui l’a rendu célèbre dans le monde francophone en tant que caricatures sous le titre «Le Chat». On sait peu, cependant, que les Belges ont toujours créé de petites statues de bronze comme commentaires subtils sur les développements sociaux. “Normalement, cependant, mes personnages ne font pas plus de 50 centimètres de haut”, explique l’artiste, “bien sûr, cela aurait été beaucoup trop petit pour une exposition sur les Champs-Élysées.”

Le grand amour du plastique

Geluck révèle qu’il a une grande affinité pour le bronze depuis qu’il est enfant. Sur le chemin de l’école, il passait chaque jour devant une grande statue équestre, “et chaque jour je devais toucher les quatre sabots du cheval.” C’était toujours un moment magique de toucher le métal froid avec ses doigts.




Après la fin de l’exposition à Paris, les personnages entameront un voyage à travers la France puis l’Europe à partir de juin. «Le Chat Déambule» est également présent en Italie, en Suisse et au Luxembourg. Il est prévu que les statues en bronze, qui pèsent environ une tonne, trouveront leur dernière demeure en 2024 dans un «musée du chat», que Philippe Geluck planifie depuis plusieurs années à Bruxelles. Cependant, tous les chats ne s’y installeront probablement pas, car les statues peuvent également être achetées. Le prix: 300 000 euros chacun.