Expliqué: La France envisage-t-elle vraiment d’interdire le hijab? – Le National

La décapitation d’un instituteur et le meurtre d’une policière lors d’attaques terroristes ont conduit à une demande d’action plus dure pour lutter contre les extrémistes en France.

Un soi-disant projet de loi anti-séparatisme, qui vise à réprimer l’extrémisme et à protéger les valeurs françaises, est en train de faire son chemin au Parlement.

Mais certaines de ses mesures ont conduit à affirmer que la communauté musulmane est injustement ciblée.

Parmi les propositions, il y a l’interdiction du hijab pour les moins de 18 ans, qui a déclenché la colère et inspiré une campagne sur les réseaux sociaux.

La cause a été reprise par des personnalités éminentes, dont le politicien américain Ilhan Omar.

Pourquoi le projet de loi a-t-il été proposé?

Le projet de loi anti-séparatisme a été déclenché par la décapitation de l’instituteur Samuel Paty l’année dernière, qui a été assassiné par un extrémiste tchétchène pour avoir montré aux élèves des dessins animés du prophète Mahomet dans sa classe.

Elle a pris un nouvel élan le mois dernier lorsqu’une policière a été poignardée à mort dans un poste de police par un Tunisien qui avait regardé des vidéos extrémistes mais n’était pas connu des services de renseignement.

Mais la querelle du hijab n’est que la dernière controverse sur les vêtements religieux en France.

Les principes séculiers de la France qui séparent l’État et la religion sont extrêmement importants. Les symboles religieux ne peuvent pas être portés par les fonctionnaires et les personnes dans les bâtiments gouvernementaux, mais peuvent l’être dans les espaces publics.

Les couvertures faciales complètes telles que le niqab ont été interdites en 2010.

Qu’y avait-il dans le plan initial du président Emmanuel Macron?

Le projet de loi présenté par le gouvernement vise, entre autres, à mettre en place un contrôle plus strict des mosquées et des écoles du pays. Cela faciliterait également la répression des sites Web réputés promouvoir le discours de haine.

En vertu de la loi, ceux qui diffusent des informations sur des personnes dans le but de les identifier et de les blesser se voient infliger trois ans de prison et une amende de 45 000 € (54 089 dollars).

Alors, qui a suggéré d’interdire le hijab?

Cependant, l’interdiction du hijab n’a pas été proposée. Il n’a été introduit que sous forme d’amendement par le Sénat, la chambre haute de la France, contrôlée par les conservateurs. Au Sénat, 208 ont voté pour tandis que 109 s’y sont opposés.

Mais en France, la chambre basse a le vote final sur la législation et il est peu probable qu’elle soutienne cette décision.

Le Sénat a également proposé d’ajouter au projet de loi initial du gouvernement en interdisant aux mères de porter le hijab lors des voyages scolaires et en interdisant le maillot de bain burkini dans les piscines.

Bruno Retailleau, président du groupe républicain de droite au Sénat, a déclaré que le hijab était «sexiste» et une soumission des femmes.

«Chaque fois que nous avons proposé de durcir ce texte, notamment face au voile et aux signes ostentatoires, le gouvernement a reculé», a-t-il déclaré.

Quelle a été la réaction?

«C’est ce qui se passe lorsque vous normalisez les discours de haine, les préjugés, la discrimination et les crimes de haine anti-islamiques et anti-musulmans – l’islamophobie inscrite dans la loi», a déclaré le tireur olympique américain Ibtihaj Muhammad, l’une des voix les plus importantes pour condamner le Sénat.

Le hashtag #Handsoffmyhijab – et son équivalent français #PasToucheAMOnHijab – est devenu viral lorsque la mannequin somalo-norvégienne Rawdah Mohamed a exprimé ses frustrations en ligne.

«Je crois fermement que le seul antidote des crimes de haine est l’activisme. De nombreux gouvernements ont déjà été du mauvais côté de la libération et de l’égalité », a-t-elle écrit sur son compte Instagram le 4 avril.

«C’est notre devoir alors que les gens se lèvent et se battent pour les droits de chacun. L’interdiction du hijab est une rhétorique haineuse venant du plus haut niveau du gouvernement et sera considérée comme un énorme échec des valeurs religieuses et de l’égalité.

Marco Perolini, chercheur à Amnesty International sur l’Europe, a déclaré que les dispositions du projet de loi «constitueraient une grave atteinte aux droits et libertés en France».

«Cela permettrait aux pouvoirs publics de financer uniquement les organisations qui signent un ‘contrat d’engagement républicain’ – un concept vaguement défini, largement ouvert aux abus et menaçant les libertés mêmes d’expression et d’association que les autorités françaises prétendent défendre.

Les propositions seront-elles adoptées?

Il est très peu probable qu’il devienne loi. Les efforts antérieurs du Sénat pour introduire des mesures similaires ont échoué.

«Je dirais qu’il serait très peu probable que cela devienne une loi», a déclaré Jean-Yves Camus, politologue français et directeur de la Observatoire des Radicalites Politiques.

Il a déclaré que si le Sénat est contrôlé par le principal parti conservateur français, la chambre basse est dirigée par le parti du président Emmanuel Macron. Alors que c’est le gouvernement de M. Macron qui a formulé le projet de loi initial, les amendements déposés par le Sénat – y compris l’interdiction du hijab – ont mis de nombreux membres du parti mal à l’aise.

Même le ministre intransigeant de l’Intérieur, Gerald Darmanin, a condamné les amendements du Sénat comme une “suppression de l’expression religieuse”.

Le Dr Camus a déclaré que les amendements seraient probablement déclarés illégaux de toute façon, même s’ils passaient par la chambre basse.

«La Constitution accorde la liberté de religion. La liberté de religion comprend le port de tout type de signe religieux dans l’espace ouvert. Si vous êtes dans la rue, vous pouvez porter ce que vous voulez », dit-il.