Draghi : les écoles rouvriront dans la zone rouge jusqu’à la sixième année, sans exclure les changements de course de … – Le Soleil 24 ORE

“Sputnik disponible uniquement au second semestre”.

Scepticisme à propos du vaccin russe. “Je serais prudent – a dit Draghi – de faire des contrats” sur Sputnik “parce qu’hier le président de la commission a souligné comment, à partir d’une enquête faite par la commission en parlant au fonds d’investissement russe, ils peuvent produire un maximum de 55 millions de doses, dont 40% en Russie et le reste à l’étranger. Il s’agit d’un vaccin à deux doses, contrairement à Johnson &amp ; Johnson, et l’Ema n’a pas encore été formellement interrogée à ce sujet, mais elle procède à l’examen des différents composants et ne devrait pas se prononcer avant trois ou quatre mois. Si tout se passe bien, le vaccin sera disponible au cours du second semestre de l’année.” La production du vaccin Covid en Italie sera possible “dans trois à quatre mois”.

“Nous rouvrons les écoles jusqu’à la sixième année”.

L’école fréquentée est “une priorité du gouvernement”, a déclaré M. Draghi, pour qui les choix des gouverneurs “devront être reconsidérés” à la lumière de ces éléments. Puis il a réitéré : “Les écoles rouvriront (dans la zone rouge, ndlr) jusqu’à la sixième année, le ministre Bianchi travaille pour que cela se passe de manière ordonnée. L’intention générale était que, s’il y avait un espace, nous l’utiliserions pour les écoles jusqu’à la sixième année”. Il a ajouté : “Les preuves scientifiques montrent que les écoles constituent un point de contagion très limité, uniquement lorsque les autres restrictions sont en place. Donc, plus l’activité scolaire est importante, plus les risques d’infection sont élevés.” Quant à l’hypothèse d’une couverture rapide pour les étudiants, “il sera possible de la tester dans certains cas, mais parler d’une action globale me semble excessif”.

“Les fermetures dépendent des données sur les infections”.

Quant au décret à venir, pas de zones jaunes pour l’instant. L’orientation qui s’est dégagée dans la salle de contrôle en vue du nouveau décret est de les suspendre jusqu’au 30 avril. Seront confirmées les mesures en vigueur aujourd’hui qui prévoient uniquement des zones orange et rouge. Aucun assouplissement des restrictions pour les bars et les restaurants, qui resteront fermés comme le prévoient les mesures pour les zones orange et rouge. Seuls les plats à emporter et la livraison à domicile resteront donc autorisés. “Les fermetures sont seulement pensables ou impensables en fonction des données que nous voyons sur les contagions”, a expliqué Draghi. Il a ajouté : “Les mesures ont montré au cours d’un an et demi qu’elles ne sont pas fantaisistes. Il est souhaitable de rouvrir, la décision de le faire ou non dépend des données.” Il a dit cela en réponse à une question sur les propos du leader de la Ligue Matteo Salvini contraire au maintien des fermetures.

Changements de couleur à venir

En attendant le verrouillage de Pâques dans toute l’Italie, le puzzle des couleurs des régions n’enregistrera que quelques changements. À la Lombardie, au Piémont, au Frioul-Vénétie Julienne, à la province autonome de Trente, à la Vénétie, à l’Émilie-Romagne, aux Marches, aux Pouilles et à la Campanie déjà dans la zone rouge s’ajoutera le Val d’Aoste à partir du lundi 29 mars. Selon les ordonnances à venir, toutes (à l’exception de la Campanie qui pourrait redevenir orange le 7 avril) devraient rester en rouge jusqu’au 13 avril. Tandis que la Lazio, après deux semaines de blocage, se déplace chez le “promu” en orange à partir du mardi 30 mars (la précédente ordonnance qui le mettait en rouge expire le lundi 29 mars). Reste en Toscane orange, jusqu’à la fin dans l’équilibre.