Draghi frappe les régions sur les vaccins, Letta et Conte de plus en plus proches et autres nouvelles du jour – Radio Popolare

L’histoire de la journée du mercredi 24 mars 2021 avec les points forts du journal radio de 19h30. La Lombardie a dépassé les 30 000 décès dus à la COVID depuis le début de la pandémie et le Premier ministre Draghi a fait claquer aujourd’hui la campagne de vaccination des Régions : cela va-t-il changer quelque chose ? Elle accroît la tension entre l’Europe et AstraZeneca après la découverte de 29 millions de doses dans l’usine de Catalent à Anagni. Enrico Letta et Giuseppe Conte semblent avoir de grands espoirs pour l’avenir. Un tournant dans la livraison de nourriture : un protocole contre l’exploitation et le travail forcé a été signé aujourd’hui. Enfin, les données d’aujourd’hui sur la progression de l’épidémie de COVID en Italie.

Trente mille morts (aussi) pour une idéologie

(par Alessandro Gilioli)

Aujourd’hui, 24 mars, la Lombardie a dépassé les 30 000 décès dus au COVID depuis le début de la pandémie.
C’est un massacre qui n’a pas d’égal dans le monde en proportion de la population. La Belgique, le Royaume-Uni et la République tchèque, qui sont les pays présentant le plus mauvais rapport entre le nombre d’habitants et le nombre de décès, ont jusqu’à présent enregistré moins de décès que la Lombardie par rapport à la population.
Certes, les causes de ce massacre unique sur la planète sont nombreuses et certaines sans coupable : la Lombardie a été la première région où le COVID a explosé, de manière inattendue et violente, après son arrivée de Chine. [CONTINUA A LEGGERE SUL SITO]

Régions et vaccins. Les choses vont-elles changer après le discours de Draghi ?

(par Michele Migone)

Mario Draghi a pointé du doigt les Régions : elles ont inoculé les membres des corporations les plus puissantes, laissant derrière elles les plus fragiles. Pour comprendre la dureté du discours prononcé aujourd’hui par Draghi au Sénat, il est utile d’essayer de le comprendre et d’en voir les conséquences.
Premièrement, à qui le Premier ministre s’adressait-il ?
Aux régions qui, jusqu’à présent, n’ont pas suivi les indications du plan de vaccination établi par le gouvernement, privilégiant les catégories professionnelles à l’ordre de l’âge. Sous la moyenne nationale de plus de 80 vaccinés avec deux doses se trouvent la Lombardie, les Pouilles, la Calabre, la Toscane et la Sardaigne. Quant aux personnes âgées qui ont reçu une seule dose, les pires sont la Lombardie, la Ligurie, la Calabre, la Vénétie, l’Ombrie, la Sicile, la Sardaigne et la Toscane.
Deuxièmement, pourquoi le Premier ministre est-il intervenu de manière si décisive ?
Parce qu’entre ses mains, il n’y a que l’arme de la persuasion morale : le plan de vaccination n’est pas une loi ni un décret, ce n’est qu’un plan de mise en œuvre non coercitif. Bien sûr, le premier ministre pouvait également utiliser un instrument obligatoire, mais cela aurait provoqué un conflit avec les régions qui pourrait également se retrouver devant le Conseil. Toutefois, M. Draghi a ensuite constaté que trop de régions faisaient cavalier seul, d’où le discours musclé d’aujourd’hui.
Troisièmement, est-ce que quelque chose change par rapport à aujourd’hui ?
Probablement oui, car Draghi a été clair et maintenant les Régions ne peuvent pas dire qu’elles ne l’ont pas entendu. Et maintenant aussi dans le pays, il y a une poussée claire pour ne plus privilégier les catégories, en sécurisant les personnes âgées. Les Conseils, à commencer par la Lombardie, ne peuvent pas prendre les armes contre le gouvernement et l’opinion publique.

Le mystère des 29 millions de doses de vaccin AstraZeneca découvertes à Anagni

Dans l’établissement de Catalent d’Anagni il y a 29 millions de doses du vaccin AstraZeneca destinées à la Grande-Bretagne. C’est ce qu’écrit ce matin le journal “La Stampa”. Des doses découvertes, écrit le journal, grâce à une inspection du commissaire européen Breton dans l’usine de Leiden aux Pays-Bas exploitée par Halix. L’une des deux usines européennes utilisées par AstraZeneca pour produire son vaccin. AstraZeneca exportait vers le Royaume-Uni jusqu’au 1er février. Le flux s’est ensuite arrêté en raison de l’entrée en vigueur de la réglementation européenne sur le contrôle des exportations. Donc, à partir du 1er février, où se trouvent les doses de l’usine néerlandaise ? L’Europe demande à l’Italie de faire une inspection dans l’usine d’Anagni où le vaccin est infialato. Le gouvernement italien confirme l’inspection et la découverte de 29 millions de doses qui, selon les inspecteurs, devraient aller en Belgique où se trouve une plateforme logistique qui s’occupe de la distribution du vaccin dans différents pays. Peu après, cependant, AstraZeneca a fait une déclaration dans laquelle elle affirme tout d’abord que le vaccin n’a pas été produit aux Pays-Bas, mais en dehors de l’UE et qu’environ la moitié des 13 millions de doses est destinée aux pays Covax, les pays à revenu faible et moyen, comme convenu avec Bruxelles. Et l’autre moitié ira en Europe et se trouve à Anagni uniquement pour passer le contrôle de qualité.
Des réponses que l’Union européenne n’a pas appréciées “nous observons de la part d’Astrazeneca un manque de transparence sur le nombre de doses produites, où et par qui.“. La réaction de la France a été encore plus sévère “.est une situation inacceptable, l’Europe ne sera pas la risée des vaccinations“.
Enfin, c’est le tour de Draghi : “une partie de ces vaccins, deux lots – Draghi dit – retournera en Belgique – mais admet ensuite – Je ne sais pas où ils vont à partir de là.“.

Letta et Conte se rapprochent de plus en plus. Vers l’alliance PD-M5S

(par Anna Bredice)

L’un parle d’une “nouvelle aventure commune”, l’autre d’un “chantier pour construire un centre-gauche large et ouvert”. Letta et Conte semblent avoir de grands espoirs pour l’avenir, un avenir qui, cependant, est tout entier à construire tant au sein de leurs partis respectifs que dans les alliances avec les autres. Ils ont dit vouloir programmer des réunions constantes dans les semaines à venir. Après tout, pour Letta, la relation avec le Mouvement 5 étoiles est l’un des points centraux de son schéma d’alliance, ouvert à tout le centre-gauche, avec une alliance structurelle avec le mouvement de Grillo et maintenant celui de Conte.
Pour ce dernier, en effet, la réunion d’aujourd’hui était l’investiture officielle à la tête des Cinq Étoiles, même si tout est encore à construire, dans les relations avec Casaleggio, dans la hiérarchie interne des rôles, dans le positionnement politique, plus à gauche certes, mais encore à définir.
Letta au PD est certainement loin devant. Son leadership est sûr et reconnu, il a le parti entre ses mains et a réussi à imposer de nouveaux noms au secrétariat et dans les rôles les plus importants. Aujourd’hui, il a gagné son match avec les chefs de groupe, même Andrea Marcucci s’est mis à l’écart, mais l’ancien renzi souhaite qu’une femme de sa région politique soit élue à sa place.
Les relations avec les différents courants du parti, au sein du gouvernement avec Draghi et surtout les alliances pour l’administration sont des étapes délicates et décisives pour le nouveau secrétaire du PD. Letta et Conte ont également parlé du vote de l’automne dans de nombreuses villes, un sujet difficile car dans les dernières régionales où il y avait un candidat commun, ils ont perdu, par exemple en Ligurie.
Il y a l’affaire de Rome, qui devient un rébus. Raggi est de plus en plus faible au Capitole. Sur 49 conseillers, les Cinq Etoiles ne sont plus que 25. Il y a eu des abandons et des défections, quatre sont contre sa candidature.
Le PD romain voudrait présenter une motion pour la récuser, mais elle résiste et Conte n’a encore rien dit à son sujet. Il est difficile de trouver un candidat commun déjà au premier tour dans quelques mois, Zingaretti a attaqué durement le maire de Rome hier, “elle est une menace”, a-t-il dit, et cela semblait une intervention plus comme un adversaire politique que comme le président de la région Lazio qui doit travailler avec le maire de la capitale. Presque un je voudrais, mais je ne peux pas.

Livraison de nourriture, signature d’un protocole contre l’exploitation et le caporalato

Il a été signé aujourd’hui un protocole contre l’exploitation et le travail forcé dans le secteur de la livraison de nourriture. Un accord signé au ministère du Travail par les syndicats, Assodelivery (l’association qui regroupe les entreprises du secteur comme Glovo, Deliveroo, UberEats) et Rider per i Diritti (les livreurs à domicile). Tommaso Falchi de Rider for Rights :


L’évolution de l’épidémie de COVID-19 en Italie.

Aujourd’hui, en Italie, il y a eu 460 décès dus au COVID. Il y a eu 21 267 nouvelles infections constatées : le taux de positivité est tombé à 5,8%. Trois cents autres personnes ont été hospitalisées en soins intensifs. En Lombardie, le nombre de victimes a dépassé 30 000 depuis le début de la pandémie.