Deuxième importateur mondial de produits de déforestation dans l’UE – Agence ANSA

(ANSA) – ROME, 14 AVRIL – Les pays riches transforment et consomment des produits des pays tropicaux et subtropicaux résultant de la déforestation et de la transformation des écosystèmes naturels. L’Union européenne est le deuxième importateur au monde de déforestation intégrée dans les produits, après la Chine, et l’Italie est le deuxième pays d’Europe, après l’Allemagne. Ceci est soutenu par un nouveau rapport du WWF, basé sur des recherches menées par le Stockholm Environment Institute (SEI) et Transparency for Sustainable Economies-Traseo.

Entre 2005 et 2017, le soja, l’huile de palme et le bœuf ont été les produits importés de l’UE avec le plus grand poids dans la déforestation tropicale, suivis par les produits du bois des plantations, du cacao et du café. En 2017, l’Union européenne était le deuxième importateur de déforestation intégrée dans les produits, juste après la Chine. Sa responsabilité est liée à la déforestation et à la transformation de 203 000 hectares de terres naturelles, avec l’émission de 116 millions de tonnes de CO₂. Au cours de la période d’étude, l’UE a causé 16% de la déforestation associée au commerce international, dépassant l’Inde (9%), les États-Unis (7%) et le Japon (5%).

L’Italie, sur la base des données de 2017, occupe la deuxième place du classement des huit pays européens responsables de 80% de la déforestation incluse dans les produits, d’origine tropicale, transformés et consommés dans l’UE. Les 8 pays de la commande sont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la France, la Belgique et la Pologne.

Selon le WWF, la Commission européenne travaille sur un projet de loi visant à bloquer les importations de l’UE résultant de la déforestation. Le WWF demande que cette loi prenne en compte non seulement les forêts, mais aussi les prairies, les savanes et les zones humides, qui sont détruites pour faire place aux champs et aux pâturages.

(ANSA).

REPRODUCTION RESERVEE © Copyright ANSA