Des scientifiques rétablissent la vue partielle d’un aveugle – FRANCE 24

Publié le:

Paris (AFP)

Les scientifiques ont pour la première fois réussi à restaurer partiellement la vue d’un patient aveugle en altérant ses cellules, selon les résultats d’une étude révolutionnaire publiée lundi.

La technique connue sous le nom d’optogénétique, qui a été développée dans le domaine des neurosciences au cours des 20 dernières années, consiste à modifier génétiquement les cellules afin qu’elles produisent plus de protéines sensibles à la lumière.

Dans certains cas de cécité, connus sous le nom de maladies héréditaires des photorécepteurs, les cellules de détection de la lumière de la rétine qui utilisent des protéines pour fournir des informations visuelles au cerveau via le nerf optique dégénèrent progressivement.

Des scientifiques en Europe et aux États-Unis ont recruté un homme qui avait perdu la vue en raison d’une maladie héréditaire des photorécepteurs il y a 40 ans et ont commencé à le traiter avec des techniques optogénétiques.

Cela impliquait des injections dans son œil et plusieurs mois de stimulation avec des lunettes électroluminescentes, qui transformaient les images du monde visuel en impulsions lumineuses projetées dans la rétine en temps réel.

Dans une première clinique, ils ont pu redonner une vue partielle au patient de 58 ans, le laissant capable de reconnaître, compter, localiser et toucher différents objets disposés sur une table devant lui.

Jose-Alain Sahel, auteur principal de l’étude de l’Université française de la Sorbonne et du Centre national de la recherche scientifique, a déclaré que l’essai avait fourni une confirmation de preuve de concept qu’il était possible d’utiliser l’optogénétique pour restaurer la vue chez l’homme.

“Il est important de noter que les patients aveugles atteints de différents types de maladie neurodégénérative des photorécepteurs et d’un nerf optique fonctionnel seront potentiellement éligibles au traitement”, a-t-il déclaré.

“Cependant, il faudra du temps avant que cette thérapie puisse être proposée aux patients”, a ajouté Sahel, qui est également professeur au département d’ophtalmologie de la faculté de médecine de l’Université de Pittsburgh.

Au cours des tests, le patient a pu localiser et toucher un cahier sur une table devant lui 92% du temps tout en portant les lunettes. Sans eux, il ne pouvait effectuer aucune tâche visuelle.

Botond Roska, de l’Institut d’ophtalmologie moléculaire et clinique de Bâle, a déclaré que le patient était initialement frustré car il ne pouvait pas percevoir les objets même après des mois d’entraînement avec les lunettes.

«Et puis, spontanément, commencez à être très excité, rapportant qu’il a pu voir et être très enthousiasmé par cette réalisation», a déclaré Roska, co-auteur de l’étude publiée dans la revue Nature Research Journals.