Des partisans du PKK attaquent un centre culturel turc et des mosquées en France | Daily Sabah – Daily Sabah

Des partisans radicaux de l’organisation terroriste PKK ont attaqué un centre culturel turc et d’autres complexes en France, alors que le chef de la présidence des Turcs de l’étranger et des communautés apparentées (YTB), Abdullah Eren, a exhorté les autorités françaises à agir.

L’incident a eu lieu dans la commune de Marignane, où un groupe de 40 sympathisants du PKK a attaqué le bâtiment du centre culturel avec des bâtons et a cassé les vitres jeudi. Ils ont ensuite jeté des torches et d’autres objets dans le bâtiment et sont partis scandant des slogans pro-PKK, a rapporté l’agence de presse Ihlas (IHA).

Les partisans du terrorisme ont également attaqué verbalement le peuple turc à proximité, selon le rapport.

“Des partisans terroristes du PKK ont attaqué le Centre culturel turc et des mosquées à Marseille, en France”, a déclaré Eren dans un tweet, ajoutant que c’était la quatrième fois en une semaine que les partisans du PKK ciblaient des complexes turcs.

Eren a poursuivi en exhortant les autorités françaises à prendre des mesures contre les attaques violentes, qui menacent la sûreté et la sécurité publiques dans le pays.

Les partisans du PKK ont organisé des marches et ont attaqué des restaurants turcs plus tôt cette semaine.

Malgré son statut d’organisation terroriste internationale désignée avec des réseaux criminels établis, le PKK jouit d’une relative liberté dans les villes européennes et jouit d’une forte présence. Le groupe est rarement la cible d’enquêtes policières.

Le PKK continue d’utiliser le territoire de l’Union européenne pour diffuser de la propagande, recruter de nouveaux membres, collecter des fonds et pour des activités de soutien logistique, selon un rapport de l’agence de police de l’UE publié l’année dernière.

Le rapport annuel d’Europol sur le terrorisme, intitulé “Rapport sur la situation et les tendances du terrorisme dans l’Union européenne 2020”, a noté que le PKK est activement impliqué dans la diffusion de propagande et dans la collecte d’argent dans les pays européens.

La Turquie a longtemps critiqué les autorités européennes pour avoir toléré les activités du PKK dans leurs pays et les a incitées à prendre des mesures plus strictes contre les activités de propagande, de recrutement et de collecte de fonds du groupe.

Parmi les pays d’Europe, la France est connue pour avoir les liens les plus étroits avec le PKK, le terroriste ayant reçu le soutien de plusieurs présidents, allant de François Mitterrand à l’actuel Emmanuel Macron, par différents moyens.

Macron en particulier a clairement montré son soutien, invitant des membres de la branche syrienne du PKK, les YPG, à l’Elysée en avril 2019.

Les terroristes ont visité le palais en tant que représentants des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont dominées par les terroristes des YPG.