De l’Inter à la Juve, de l’Atalanta à la Lazio : l’Italie ne compte pas en Europe. Pourquoi ? On ne court pas beaucoup. Et pas seulement cela… – Calciomercato.com

Aucune équipe italienne ne figure parmi les huit premiers de la Ligue des championsla coupe qui mesure la force d’un pays dans le football international. Cela fait trois ans que nous n’avons pas atteint les demi-finales… (le Rome en 2018) et globalement au cours des trois dernières saisons, nous n’avons qualifié que deux équipes pour les quarts.: le La Juve d’Allegri En 2019, l’élimination de laAjax; l’Atalanta la saison dernière, sorti par le Psg. Pendant cette même période – trois ans en fait – L’Angleterre a emmené 8 équipes en quarts, l’Espagne et l’Allemagne 4, la France 3. Ce n’est qu’alors que nous et le Portugal avec 2 et leHollande Avec un. Ainsi, nous ne sommes pas seulement pires (et beaucoup) que les nations les plus célèbres du football international, mais aussi que la France, que nous admirons souvent, et nous sommes à égalité avec le Portugal, que nous traitons comme… un pays d’arrière-garde dans le monde du football. En fait, nous le sommes aussi, et ça ne peut pas être la Ligue Europa de Milan et de la Roma pour changer notre jugement.

Atalanta e Lazio sont deux équipes qui ont rempli nos yeux ces dernières saisons, peut-être le plus brillant et le plus vivant de notre ligue minable.. Eh bien, dès qu’ils ont rencontré deux des plus grands d’Europe, les Real et le BayernEn effet, toute beauté est balayée : la différence est énorme. Personne ne demandait Gasperini e Inzaghi pour se qualifier, soyons clairs, mais tous deux avaient des ambitions légitimes de contrarier deux adversaires aussi valeureux…: ils n’ont pas réussi à le faire. En même temps que nos deux équipes les plus complètes, Juve e Intera été confronté à des rivaux résolument abordables – le Port et le Shakhtar – n’ont pas réussi à faire prévaloir leur supériorité technique, qui semblait indiscutable. E ont été éliminés: les Nerazzurri même au tour éliminatoire, les Bianconeri au huitième.

Pourquoi en sommes-nous réduits à cela ? Il y a de nombreuses raisons, à commencer par la qualité des joueurs. Et aussi de leur âge. Les reines d’Europe proposent des champions dans la fleur de l’âge, Nous avons des stars de 35 ans comme Ibrahimovic et Ronaldo…. Nous les célébrons et les louons, mais sommes-nous sûrs qu’ils auraient le même impact ailleurs que dans les grandes ligues ? On a l’impression que notre tournoi permet à ceux qui ne sont pas au mieux de leur forme – et un joueur qui approche de la quarantaine ne peut pas l’être – d’être dominants. Ailleurs, l’intensité du jeu est infiniment supérieure…Cela a été bien vu dans Real-Atalanta: les Bergamasques, qui sont presque physiquement irrépressibles en Serie A, sont toujours arrivés sur le ballon après les anciens de Zidane, à commencer par Modric. Un signe indicatif et inquiétant.

Le moment est venu de prendre acte de la notre triste situation et d’intervenir, puisque depuis 2015-2016, nous n’étions pas sans équipes en quart de finale des Champions.. Les clubs italiens doivent travailler pour se rapprocher des grands d’Europe en termes de capacité d’investissement, les entraîneurs et les formateurs doivent travailler pour que nos équipes courent aussi. Mais sérieusement.

@steagresti