De la réunion avec les maires des indications utiles pour le forum sur le développement des zones internes d’Enna et Nebrodesi – Vivi Enna

De la rencontre avec les maires des indications utiles pour le forum sur le développement des zones internes d’Enna et de Nebrodensi

Il n’y avait pas tous les maires de Enna à la conférence en ligne organisée par plusieurs associations avec le soutien du Présidium participatif du pacte de la rivière Simeto, qui, en tant que coordonnateur des actions de citoyenneté active des associations du troisième secteur a une expérience éprouvée, et grâce à la généreuse disponibilité de ViviEnna qui a transmis avec d’autres sociaux. Parmi les maires invités, dont 20 de la région d’Enna, étaient présents ceux d’Agira, Barrafranca, Capizzi, Catenanuova, Centuripe, Cerami, Nicosia, Pietraperzia, Regalbuto et Troina. Le thème au centre de la discussion, qui a duré deux heures du 21 au 23, était d’un grand intérêt pour l’avenir du vaste territoire dans lequel tombent les 20 communes de ce qui était autrefois la province d’Enna et une partie du versant sud des Nebrodi : Comment s’équiper pour saisir l’occasion unique, et peut-être la dernière, que sont le Plan national de relance et de résilience (Pnrr), le Plan Sud 2030, la Stratégie nationale des espaces intérieurs (Snai) et le cycle 2021-2027 de la programmation des fonds européens, pour arrêter et inverser la tendance au déclin de ces espaces intérieurs. Un certain nombre de choses ressortent clairement des interventions des maires. Tout d’abord, la conscience que ce territoire n’est pas seulement caractérisé par sa fragilité géologique, ce qui est en soi une chose grave, mais aussi par sa fragmentation sociale excessive et la faible capacité à se faire entendre, ce qui est une chose dramatique. Les maires, dans leur travail d’administrateurs, font l’expérience de la difficulté de gouverner une municipalité avec un personnel vieillissant qui n’a pas été renouvelé depuis des décennies en raison du blocage du turnover et où il manque des figures professionnelles, nouvelles et traditionnelles, pour développer des projets et trouver des financements pour les mettre en œuvre. Le Pnrr prévoit des lignes d’action pour l’innovation structurelle et la numérisation de l’administration publique, en particulier de l’administration municipale, la mise à jour des compétences du personnel encore en service et le recrutement de nouveaux professionnels. Les maires sont également conscients qu’ils ne pourront pas saisir les opportunités de développement et de croissance de leurs communautés qu’offrent ces nouvelles politiques territoriales. C’est pourquoi ils ont exprimé le besoin de mettre en place un instrument, que certains appellent une salle de contrôle et d’autres une agence de développement, pour coordonner et les aider dans la planification. Ils ressentent le besoin d’expérimenter la coopération administrative pour atteindre des objectifs communs et de créer des coalitions pour donner une plus grande voix au territoire et définir une vision commune de ce que leurs communautés veulent être.

Chercher, puis trouver des financements pour réaliser des projets de travaux qui ne découlent pas d’une analyse des besoins réels, mais uniquement parce que l’argent existe et est dépensé, ne déclenche pas de processus de développement autonome. Un expert en développement local, qui peut être un économiste ou un sociologue, qui aurait l’occasion d’écouter ces maires alors qu’ils discutent avec sérieux et engagement de ces questions, aurait l’impression positive qu’il existe des conditions subjectives pour un changement de paradigme dans les politiques de développement local qui dépassent la logique du municipalisme, de l’assistanat et des revendications pour pointer vers une stratégie supra-municipale basée sur des idées claires, des résultats attendus à poursuivre qui doivent être mesurés et des actions partagées.

édité par Silvano Privitera

Lien pour consulter le forum (il est recommandé de commencer à la 11e minute) :

La société civile en dialogue avec les maires