Crise du corona : l’Europe se prépare à une troisième vague d’infection – Deutsches Ärzteblatt : Nouvelles de la politique de santé et de la médecine

/picture alliance, AP, Laurent Cipriani

Metz – Avec le courage du désespoir, l’Europe se prépare à la troisième vague de Corona. En France et en Pologne, entre autres, des millions de citoyens ont dû se confiner à nouveau pendant le week-end en raison d’une augmentation massive du nombre d’infections.

Le nouveau verrouillage en France concerne environ 21 millions de personnes depuis samedi dernier. Dans 16 départements comportant des villes importantes telles que Paris, Nice, Le Havre et Lille, des restrictions strictes sont à nouveau en vigueur depuis lors. Presque tous les magasins de besoins non quotidiens restent fermés pendant quatre semaines. Les résidents des départements concernés ne sont désormais autorisés à quitter leur région que pour des raisons “impérieuses”.

Contrairement aux deux premiers lockdowns, les promenades hors de chez soi sont autorisées sans limite de temps, mais uniquement dans un rayon de dix kilomètres. En outre, le couvre-feu national commence désormais à 19 heures, soit une heure plus tard qu’auparavant.

Un nouveau confinement est également entré en vigueur en Pologne. La plupart des magasins ainsi que les écoles, les cinémas, les installations sportives et les hôtels devront fermer pendant au moins trois semaines. Le gouvernement de Varsovie a appelé les employés à travailler à domicile si possible.

De nouvelles infections sont en hausse en Pologne depuis plusieurs semaines – des règles strictes sont en vigueur depuis hier pour les voyages en Allemagne. Entre autres, les voyageurs en provenance de Pologne doivent présenter à la frontière un test Corona PCR négatif, qui ne doit pas dater de plus de 48 heures.

Avec ces nouvelles mesures, la colère monte dans certaines parties de la population en Europe : à la frontière franco-allemande, des centaines de personnes ont manifesté contre les règles strictes d’entrée en Allemagne.

Ils ont notamment exigé la suppression de l’obligation de test pour les navetteurs professionnels. Selon la police, 600 personnes ont participé à la manifestation à Sarreguemines dans le district administratif de Moselle, les organisateurs parlaient de 1000 participants.

Des manifestations ont également eu lieu ailleurs. À Londres, des milliers de personnes sont descendues dans la rue, et la police a arrêté 36 personnes pour des infractions à la loi Corona. Dans la petite ville suisse de Liestal, entre 3 000 et 5 000 personnes ont protesté contre les restrictions, la plupart sans masque de protection. Des rassemblements ont également eu lieu – comme en Allemagne – à Amsterdam, Vienne et Sofia.

L’augmentation rapide des chiffres de l’infection a également des répercussions sur le sommet européen de jeudi et vendredi prochains. Le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, a décidé de tenir la réunion en personne, mais uniquement de manière numérique. Depuis le déclenchement de la pandémie, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE ne se sont rencontrés en personne qu’une poignée de fois, notamment lors d’un sommet de quatre jours en juillet. Le sommet devrait également discuter d’une éventuelle interdiction des exportations du vaccin produit par Astrazeneca. © afp/aerzteblatt.de