Covid: la France sous pression, alerte sur la réanimation – ANSA New Europe

(ANSA) – PARIS, 29 MARS – Le dilemme d’un nouveau verrouillage plus rigide pour arrêter l’expansion du coronavirus pèse sur Emmanuel Macron. Le président aux prises avec une nouvelle résurgence du Covid-19 dans de nombreuses régions de France aurait préféré se donner plus de temps pour évaluer les effets des mesures déjà introduites le 18 mars, mais un nouveau resserrement supplémentaire par rapport au confinement “ doux ” actuel pourrait déjà arriver dans les prochains jours dans les zones les plus touchées, dont celle de Paris.

Parmi les raisons, la pression croissante sur les services de réanimation est de plus en plus à risque. Dans une intervention publiée dans le journal Le Monde, neuf médecins de l’AP-HP, le consortium qui regroupe les hôpitaux parisiens, critiquent durement le gouvernement, évoquant le risque de devoir sélectionner les malades.

«En obligeant le personnel médical à décider quel patient doit vivre, le gouvernement prend hypocritement ses responsabilités», préviennent-ils, appelant l’exécutif à «assumer sa stratégie devant l’ensemble de la société».

Les patients atteints de coronavirus sont maintenant plus jeunes et présentent des formes plus graves de la maladie que dans les deux vagues précédentes, peut-être aussi en raison de la puissance des nouvelles variantes. En attendant, Macron est attendu aujourd’hui à Créteil, dans l’arrière-pays parisien, dans le cadre de ses initiatives pour «accélérer la campagne de vaccination». Macron rencontrera, entre autres, les opérateurs de la plateforme téléphonique chargés de contacter les plus de 75 ans non encore vaccinés.

Hier, le nombre de patients en réanimation est passé à 4 872, touchant le pic de la deuxième vague d’automne (4 903).

Le 18 mars, la Cour des comptes a également demandé d’augmenter le nombre de lits en réanimation et de «repenser» le modèle actuel. (POIGNÉE).

REPRODUCTION RESERVEE © Copyright ANSA