Covid-19: la France reprend les repas en salle et lance le pass santé alors que la prochaine phase d’assouplissement du verrouillage commence – FRANCE 24 France

La France entre mercredi dans sa troisième et avant-dernière phase d’assouplissement des restrictions de Covid-19 alors que les indicateurs continuent de montrer que le taux d’infections du pays diminue. FRANCE 24 dresse le bilan de l’évolution du magasin pour les résidents, les entreprises et les visiteurs en France à partir du 9 juin.

Couvre-feu annulé, retour des repas à l’intérieur

A partir de mercredi, le couvre-feu national en vigueur dans toute la France sera repoussé de 21h à 23h.

Ce recul n’est qu’une aubaine pour les restaurateurs à partir du 9 juin. Après une interdiction de sept mois sur les repas à l’intérieur, les cafés et restaurants à travers le pays seront autorisés à accueillir les clients à l’intérieur, bien qu’à la moitié de la capacité de l’établissement et avec des tables limitées à un maximum de six personnes.

Les terrasses extérieures peuvent ouvrir à pleine capacité, contre 50 pour cent autorisés depuis le 19 mai, bien que les repas en terrasse soient également limités à des tables de six.

Les magasins seront autorisés à accueillir deux fois plus de clients, avec une capacité portée à un client par quatre mètres carrés (contre 8 m² auparavant).

Les rassemblements de plus de 10 personnes, à l’exception des groupes de touristes, sont toujours interdits. Les masques faciaux restent obligatoires, même à l’extérieur, jusqu’au 30 juin au moins.

Pass santé

Le nouveau pass santé France entre également en vigueur le 9 juin, permettant l’accès à des activités à forte affluence. Le pass, disponible sous forme numérique via l’application de traçage du virus “Tous Anti-Covid” ou sous forme papier, fournit la preuve qu’un individu âgé de 11 ans et plus a été entièrement vacciné contre le Covid-19 ; a été testé positif au Covid-19 il y a plus de 15 jours et au cours des six derniers mois (les anticorps naturels résultants réduisant le risque de réinfection) ; ou a été testé négatif avec un récent test PCR Covid-19.

Le pass santé permettra d’accéder à des rassemblements de plus de 1 000 personnes, dont des événements sportifs intérieurs et extérieurs, des lieux culturels, des casinos, des festivals, des salons professionnels et des fêtes foraines.

Musées, cinémas, festivals

Les musées peuvent accueillir le double du nombre de visiteurs qu’ils n’étaient autorisés à rouvrir au début de la phase deux le 19 mai, avec la même capacité d’une personne par 4 m² que les magasins.

Les cinémas, théâtres et chapiteaux de cirque peuvent accueillir jusqu’à 65% de leur capacité d’accueil, contre 35%. Les nouvelles règles autorisent jusqu’à 5 000 spectateurs dans un même public, bien que le laissez-passer sanitaire soit requis au-dessus de la barre des 1 000. Il en va de même pour les festivals en plein air.

>> Sur le terrain : Sirotant sous la pluie, les Parisiens affluent dans les cafés chéris après la fermeture du Covid-19

Les zoos sont également autorisés à ouvrir leurs portes aux visiteurs à 65% de leur capacité, contre 50% le mois dernier. Les casinos peuvent ouvrir à demi-capacité, contre 35%, avec le pass santé requis pour les sites de plus de 1 000 personnes sur place.

Les salons professionnels et les fêtes foraines peuvent rouvrir au public à partir de mercredi, à 50% de leur capacité totale.

Nouvelles règles de voyage

A partir de mercredi, les résidents de l’Union européenne n’auront plus besoin d’un motif impérieux – connu en France sous le nom de motif impérieux – voyager en France. Seuls les résidents de l’UE non vaccinés et les visiteurs de sept autres pays jugés “verts” sur la carte à code couleur que la France a publiée vendredi devront produire un récent test négatif d’antigène Covid-19 ou de PCR. Les sept pays ayant obtenu le feu vert sont l’Australie, Israël, le Japon, le Liban, la Nouvelle-Zélande, Singapour et la Corée du Sud.


Les voyages à destination et en provenance d’une bande beaucoup plus large de pays classés pour l’instant comme « orange » – le Royaume-Uni, l’Amérique du Nord et la quasi-totalité de l’Asie et de l’Afrique – resteront soumis à des restrictions plus strictes. Même les personnes vaccinées voyageant des pays « oranges » vers la France seront tenues de fournir un récent test Covid-19 négatif.

>> Infographie : la France rouvre aux touristes étrangers, mais sous conditions

Les voyageurs non vaccinés en provenance des pays “oranges”, quant à eux, ne peuvent se rendre en France que pour une raison impérieuse (telle qu’une urgence médicale ou familiale). Ils devront également s’auto-mettre en quarantaine pendant sept jours à leur arrivée.

En vertu des directives mises à jour, tous les voyageurs (vaccinés ou non) en provenance de 16 pays classés comme « rouges » devront fournir des tests Covid-19 négatifs et se mettre en quarantaine pendant sept à 10 jours à leur arrivée en raison de l’inquiétude suscitée par l’augmentation des variantes. Ces pays comprennent l’Inde, l’Afrique du Sud, la Turquie et une grande partie de l’Amérique du Sud, y compris le Brésil.

Travail à distance

Les directives recommandant aux employés de travailler à domicile dans la mesure du possible seront assouplies dans toute la France à partir du 9 juin. Le protocole Covid-19 du pays obligeait, depuis fin octobre, les entreprises à autoriser les employés à travailler à distance 100 % de la semaine de travail chaque fois que le télétravail était possible. Le protocole a été quelque peu assoupli en janvier pour permettre aux travailleurs un jour par semaine au bureau s’ils ressentent le besoin de revenir.

Depuis mercredi, les employeurs sont invités, en consultation avec les syndicats locaux, à fixer un nombre minimum de jours par semaine pour le travail à distance dans la mesure du possible. Cette mesure vise à éviter un retour massif dans les bureaux à travers le pays, au lieu d’un retour progressif, alors que la pandémie persiste. Par exemple, l’État français a fixé un minimum de trois jours par semaine de travail à distance pour les employés du secteur public.

Les cantines sur les lieux de travail verront également un assouplissement des restrictions à partir de mercredi. Les nouvelles directives permettent aux employés de manger ensemble à six par table, à des tables espacées de deux mètres, à moins qu’elles ne soient séparées par une barrière physique.

La fête de bureau fait son retour dans le calendrier social du lieu de travail, conditionnée à un « strict respect » des mesures de distanciation sociale, des masques faciaux et des précautions de ventilation. Il est recommandé que les rencontres en milieu professionnel soient cantonnées dans des espaces extérieurs ne dépassant pas 25 personnes. Ces « moments conviviaux », comme les appelle le nouveau protocole gouvernemental, étaient interdits depuis octobre.

Cérémonies et lieux religieux

Le fait de se gratter la tête sur des listes d’invités limitées devrait également s’atténuer à partir de mercredi, avec davantage de personnes autorisées aux cérémonies de mariage et d’union civile. Les personnes présentes peuvent occuper un siège sur deux, une augmentation par rapport au tiers autorisé depuis le 19 mai. Soixante-quinze personnes peuvent assister à une cérémonie funéraire à partir de mercredi, contre 50 décrétées en mai.

sport

Les gymnases intérieurs et les piscines couvertes rouvrent au grand public le 9 juin à 50% de leur capacité, à l’exception des sports de contact. Les spectateurs des sites sportifs couverts peuvent assister à une capacité de 65%, jusqu’à 5 000 spectateurs assis. Le nouveau pass santé sera requis pour les foules de plus de 1 000 personnes.

Les nouvelles directives autorisent les sports de plein air, y compris les sports de contact, avec jusqu’à 25 participants à partir de mercredi. La limite précédente était de 10 participants et les sports de contact étaient interdits.

Les compétitions sportives amateurs en plein air peuvent désormais être organisées avec jusqu’à 500 participants. Les stades peuvent accueillir jusqu’à 5 000 spectateurs assis pour des événements, à 65 % de la capacité d’un site (contre 1 000 et 35 % respectivement).

Que ce passe t-il après?

La quatrième et dernière phase d’assouplissement des restrictions en France devrait commencer le 30 juin. Cette date devrait voir le couvre-feu – imposé pour la première fois à l’automne lors de la deuxième vague de Covid-19 – entièrement levé.

Si la pandémie le permet, la phase quatre pourrait également voir les limites de capacité levées dans de nombreux espaces publics, bien que les événements sportifs amateurs en plein air resteront limités à 2 500 participants. Les boîtes de nuit restent fermées dans l’attente des décisions gouvernementales attendues plus tard ce mois-ci. Les festivals en plein air dont le public n’est pas assis devront respecter une limite d’un festivalier par 4m² d’espace disponible.

Le pass santé sera toujours requis pour les événements intérieurs et extérieurs avec plus de 1 000 participants. A partir du 1er juillet, la France reconnaîtra également un passeport sanitaire paneuropéen autorisant les déplacements au sein de l’UE.

>> Les règles des hotspots de voyage alors que l’Europe se prépare à accueillir à nouveau les touristes