Covid, 17 décès en 24 heures au Royaume-Uni | L’Allemagne prolonge le verrouillage jusqu’au 18 avril – TGCOM

Le différend UE-Russie – Dans une Europe où la pandémie de coronavirus se poursuit, l’attention – et la tension – sur les vaccins reste élevée. Le président russe est intervenu dans le débat, se disant surpris par la déclaration du commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, selon laquelle Sputnik V ne serait pas nécessaire en Europe. “C’est une déclaration étrange”, a déclaré M. Poutine. “Quels intérêts sont protégés et représentés par ces personnes ? Les intérêts de quelques entreprises pharmaceutiques ou les intérêts des citoyens des pays européens ?” Breton avait dit : “Comme nous sommes le continent qui a le plus de vaccins, quatre homologués, nous n’avons absolument pas besoin de Spoutnik V.”

L’Europe et Spoutnik V – Poutine a également eu une conversation téléphonique avec le président du Conseil européen, Charles Michel, avec qui il a discuté “notamment de la possibilité d’utiliser le vaccin russe.” Ceci à l’approche du Conseil européen des 25 et 26 mars, où le rapport bilatéral sera également discuté. Une équipe d’experts d’Ema est attendue en Russie le 10 avril.

L’Allemagne vers la fermeture des supermarchés – Les médias allemands rapportent qu’Angela Merkel aurait trouvé un accord pour un verrouillage encore plus strict, avec la fermeture complète des magasins, y compris les supermarchés, pendant au moins cinq jours au cours de la première semaine d’avril. Cette solution consiste notamment à prolonger la fermeture des supermarchés au-delà des vacances de Pâques. La chancelière serait parvenue à un accord avec le président bavarois Markus Soeder, le vice-chancelier Olaf Scholz et le maire de Berlin, qui préside la conférence des Laender. La mesure n’a pas encore été approuvée par tous les gouverneurs.

Tension également entre l’UE et le Royaume-Uni – Pendant ce temps, la tension monte également entre l’UE et Londres au sujet de l’approvisionnement du vaccin d’AstraZeneca. Et, en particulier, sur la production des usines d’Halix, aux Pays-Bas. Ces derniers jours déjà, les dirigeants du bloc européen s’étaient insurgés contre le fait que trop de doses quittent l’UE, et pas autant y entrent. Londres insiste et annonce qu’elle rappellera à l’UE son engagement à permettre aux fabricants de vaccins de remplir leurs contrats, y compris l’exportation de doses vers le Royaume-Uni. “Nous pouvons à l’UE les engagements que nous avons pris, et en particulier celui que le président de la Commission, Ursula von der Leyen, a fait au Premier ministre”, sur le fait que “l’UE n’empêchera pas les entreprises de remplir leurs obligations contractuelles de fourniture”, a déclaré la ministre de l’aide sociale Helen Whately. Dimanche, le Premier ministre Johnson a entendu la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, sur la question.

Le pic des soins intensifs en France – La France, pour sa part, enregistre le plus grand nombre de personnes en soins intensifs : 4 548 sur 26 488 admis, du jamais vu depuis novembre, tandis que 343 personnes sont décédées en 24 heures.

Espagne : “AstraZeneca peut être administré jusqu’à 65 ans”. – L’Espagne a fait passer la limite d’âge supérieure pour le vaccin d’AstraZeneca de 55 à 65 ans. “La limite d’âge fixée à 55 ans est supprimée et la limite est étendue à 65 ans”, a déclaré la ministre de la Santé Carolina Darias lors d’une conférence de presse. Le feu vert pour étendre l’utilisation du vaccin anglo-suédois a été donné à la suite d’une réunion avec les départements régionaux de la santé.