Corona : voici comment la France regarde les mesures prises en Allemagne – RND

Paris. En fait, la France ne fait pas forcément bonne figure par rapport à l’Allemagne en matière de Covid-19. Surtout depuis que la soi-disant troisième vague a commencé. L’incidence est d’environ 250 dans tout le pays, soit environ trois fois plus qu’en Allemagne. Il s’agit des nouvelles infections pour cent mille habitants par semaine.

Dans le département de la Seine-Saint-Denis, au nord de Paris, ce nombre atteint même près de 700. Le Premier ministre Jean Castex n’hésite pourtant pas à faire l’éloge de son pays par rapport à son voisin. Et de critiquer les mesures plus strictes de l’Allemagne.

“Nous n’avons pas adopté la même stratégie que les autres pays européens depuis janvier. Contrairement à nos voisins, il n’y a pas eu de troisième verrouillage à l’échelle nationale. Nous avons écarté cette idée fin janvier, c’était la bonne décision”, s’est félicité verbalement M. Castex il y a quelques jours, tout en annonçant finalement pour seulement 16 départements que les entreprises dites non essentielles devront fermer pendant quatre semaines. Un confinement dur, de trois mois, comme en Allemagne, aurait été “excessif” et “insupportable”.

Il y a un mois déjà, alors que seul un couvre-feu nocturne était en vigueur dans toute la France, le Premier ministre avait établi une comparaison légèrement oblique. “Le virus est en progression en France, comme presque partout en Europe – même dans des pays comme l’Allemagne. Là-bas, les enfants n’ont pas mis les pieds à l’école depuis deux mois.”

La France n’a fermé complètement ses écoles que lors du premier lockdown au printemps 2020. Selon l’Unesco, ils ont été fermés pendant un peu moins de dix semaines depuis le début de la pandémie, contre près de 24 semaines en Allemagne.

Mais il n’est pas venu à l’esprit de Paris que mettre la France sur un pied d’égalité avec l’Allemagne, alors qu’outre-Rhin les chiffres de l’infection étaient un tiers de ceux de la France, était pour le moins pervers.

Cela semble également être une question de perspective : Alors qu’en République fédérale, la sonnette d’alarme est tirée dès que l’incidence dépasse 100, Castex lui-même a récemment décrit une incidence de 400 à Paris comme un “point de vigilance très fort”, sans que cela signifie que la capitale doive être directement verrouillée.