Corona aktuell : La France devient une zone à forte incidence – Süddeutsche Zeitung – SZ.de

En raison de la forte augmentation du nombre de cas d’infection par le virus Corona, le gouvernement allemand classe la France à partir de dimanche comme une zone à forte incidence, avec des tests obligatoires à l’entrée. Lors de sa conférence de presse pour le sommet européen d’hier, la chancelière Angela Merkel a déclaré qu’une telle classification interviendrait presque “automatiquement” si l’incidence sur sept jours était “durablement” supérieure à 200. En France, le nombre de cas est en augmentation constante depuis décembre, l’incidence sur sept jours se situant actuellement autour de 250. L’État autrichien du Tyrol, ainsi que la République tchèque et la Slovaquie, seront retirés de la liste des régions où le virus est présent au même moment, selon l’Institut Robert Koch.

L’entrée en Allemagne sera désormais plus difficile pour les personnes qui viennent directement de France ou qui ont séjourné en France dans les dix jours précédant leur entrée. À l’avenir, ils devront présenter à l’entrée un test Corona négatif, qui ne devra pas dater de plus de 48 heures. En outre, il existe une obligation de quarantaine de dix jours. Il peut être mis fin prématurément à cette période de quarantaine, à condition qu’un deuxième test négatif ait été effectué au plus tôt cinq jours après l’entrée. Selon le ministère fédéral de la santé, les tests PCR et les tests antigéniques rapides recommandés par l’Organisation mondiale de la santé sont reconnus.

On ne sait pas encore avec quelle rigueur l’exigence de test sera appliquée et s’il y aura des contrôles supplémentaires aux frontières. “Qui doit présenter des tests, à quelle fréquence, cela sera discuté avec la France. Il y a aussi les périodes de transition nécessaires”, a déclaré Mme Merkel hier. Depuis le début du mois de mars, la région frontalière de la Moselle est déjà classée comme zone de variante du virus et, depuis des semaines, les personnes qui s’y rendent doivent présenter un test négatif à l’entrée. Outre la France, l’Albanie, la Bulgarie, l’Estonie, le Monténégro, la Pologne, la Suède, la Serbie, la Slovénie, la Hongrie et Chypre sont actuellement considérées comme des zones à forte incidence en Europe.

Demande urgente en raison du fonds de reconstruction de l’UE – Karlsruhe ralentit son exécution

La Cour constitutionnelle fédérale a ordonné que le président fédéral ne puisse pas, pour le moment, exécuter la loi allemande approuvant le système de financement de l’UE jusqu’en 2027. C’est ce qu’a annoncé le tribunal de Karlsruhe vendredi. La raison en est une plainte constitutionnelle associée à une demande urgente contre le fonds de reconstruction Corona, doté de 750 milliards d’euros, qu’une alliance autour de l’ancien dirigeant de l’AfD, Bernd Lucke, avait déposée peu avant. L’arrêt temporaire est valable jusqu’à la décision sur l’appel d’urgence.

Le Bundesrat n’a adopté la loi que dans la matinée, après que le Bundestag l’ait approuvée jeudi. Les 750 milliards d’euros doivent être utilisés pour la reconstruction économique de l’UE après la pandémie. Une partie de l’argent sera versée sous forme de subventions et une autre sous forme de prêts. En échange, les dettes seront prises en charge conjointement. Les plaignants sont d’avis que la dette commune n’est pas admissible. Ils affirment que l’Allemagne prend des risques financiers incalculables. Derrière la plainte constitutionnelle se trouvent 2281 citoyens, comme l’a annoncé le “Bündnis Bürgerwille” sur son site web.

La Commission européenne ne pourra commencer à contracter les emprunts et à effectuer les paiements que lorsque les 27 États membres de l’UE auront ratifié la décision. Au total, l’Union européenne devrait disposer d’environ 1 800 milliards d’euros à la fin de 2027. Le ministre allemand des finances, Olaf Scholz (SPD), avait précédemment déclaré qu’il était confiant dans le fait que la ratification pourrait être achevée en temps voulu malgré les défis constitutionnels annoncés. “Ce qui est clair, c’est que le financement réglementé dans la décision sur les ressources propres a un fondement stable dans le droit constitutionnel et européen.”

Biontech obtient le feu vert pour la production de vaccins à Marbourg

Biontech sera bientôt en mesure d’expédier le vaccin Corona depuis sa nouvelle usine de Marburg, en Hesse. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé l’utilisation du principe actif qui y est produit. Biontech peut maintenant livrer les premiers lots de produits du vaccin aux sites partenaires pour le remplissage stérile et l’achèvement, a annoncé vendredi la société de biotechnologie basée à Mayence. Les premiers lots du vaccin produit à Marbourg devraient être livrés dans la seconde moitié du mois d’avril.

Biontech avait repris l’année dernière le site de production de la société pharmaceutique suisse Novartis et avait déjà commencé la production en février. Jusqu’à 250 millions de doses doivent être produites à Marburg au cours du premier semestre de l’année. Selon Biontech, l’usine est l’une des plus grandes installations de production de vaccins à ARNm au monde et devrait avoir une capacité de production annuelle allant jusqu’à 750 millions de doses.

Cette année, Biontech et son partenaire Pfizer prévoient de produire un total de deux milliards de doses de vaccin Covid-19. Le vaccin est basé sur ce qu’on appelle l’ARN messager (ARNm), qui est conçu pour donner aux cellules humaines les informations nécessaires pour produire des protéines et ainsi combattre les agents pathogènes. Les vaccins produits de cette manière nécessitent un refroidissement particulièrement élevé – le vaccin de Biontech d’un arctique moins 70 degrés.

Cependant, Biontech et Pfizer ont recueilli d’autres données indiquant qu’un stockage pendant deux semaines est également possible à une température de moins 25 à moins 15 degrés. L’EMA a approuvé les nouvelles conditions de stockage vendredi. Cela devrait faciliter le stockage et la distribution du vaccin au sein de l’Union européenne.

Spahn : le système de santé pourrait atteindre ses limites en avril

Le ministre fédéral de la santé, Jens Spahn (CDU), a mis en garde contre l’augmentation des nouvelles infections coronaires. Pour l’instant, ce nombre augmente trop vite, a déclaré M. Spahn lors d’une conférence de presse avec le président de l’Institut Robert Koch (RKI), Lothar Wieler. “Si cela continue sans contrôle, nous courons le risque que notre système de santé atteigne ses limites en avril”, a déclaré M. Spahn. Les variantes du virus ont rendu la situation particulièrement dangereuse.

L’incidence nationale de l’effet corona augmente à nouveau depuis des semaines. Le nombre de nouvelles infections signalées dans les sept jours pour 100 000 habitants (incidence sur sept jours) était de 119,1 à l’échelle nationale vendredi matin. “Nous n’arrivons toujours pas à faire de Pâques ce à quoi nous sommes habitués”, a déclaré M. Spahn. Si “nous sommes arrivés à la dernière ligne droite du marathon de la pandémie”, cette ligne droite est particulièrement difficile, a-t-il déclaré. Il a demandé que le frein d’urgence convenu soit appliqué de manière cohérente, comme le prévoit la résolution commune du gouvernement fédéral et des États fédérés. Selon ce principe, si l’incidence sur sept jours dépasse 100, les étapes d’ouverture régionale doivent être inversées.

M. Spahn a confirmé que d’autres vaccins seraient disponibles à partir d’avril, comme annoncé. Il a déclaré que cela mettait en évidence “la façon dont la campagne de vaccination peut et va prendre de l’ampleur”. Toutefois, a-t-il souligné, “l’effet de la vaccination est actuellement diminué par l’augmentation des chiffres de l’infection.” Car, a souligné le ministre de la santé, “plus l’incidence est élevée, moins la vaccination contribue à faire baisser les chiffres.”

Dans le deuxième groupe de priorité de la campagne de vaccination, a-t-il dit, la volonté de vacciner n’était malheureusement pas aussi forte que dans le premier groupe. C’est pour cette raison, entre autres, que M. Spahn a préconisé une plus grande souplesse en matière de vaccination. Par exemple, a-t-il dit, il est possible que des personnes de plus de 70 ans reçoivent des doses non vaccinées pendant les week-ends. “L’ordonnance sur la vaccination le permet facilement”, a déclaré M. Spahn. La répartition prévue des vaccinations entre les centres de vaccination et les cabinets de médecins généralistes “a toujours du sens”, a déclaré M. Spahn.

“Nous sommes confrontés à des semaines très difficiles”, a affirmé M. Wieler, chef du RKI. “Nous devons nous préparer au fait que davantage de personnes tomberont à nouveau gravement malades, que les cliniques seront surchargées et que de nombreuses personnes mourront également.” Il a déclaré qu’il existait des “signaux très clairs” d’un point de vue scientifique indiquant que la vague actuelle de pandémie pourrait être pire que les deux premières vagues. “Nous ne pouvons donc plus empêcher cette vague, mais nous pouvons essayer de l’aplanir”, a déclaré M. Wieler, en exhortant : “Protégez-vous et protégez les autres systématiquement !” Ce n’est pas parce qu’il y a maintenant plus de tests rapides et d’autotests et que beaucoup de personnes âgées sont vaccinées, a-t-il dit, que l’on peut négliger les règles d’espacement et d’hygiène.

Spahn et Wieler ont demandé avec insistance que seules quelques personnes soient vaccinées à Pâques, et qu’elles le fassent si possible à l’air libre – ou, si ce n’est pas possible, en se protégeant avec des masques et à une distance sûre.

Dernièrement, les discussions ont surtout porté sur les mesures à prendre à Pâques et sur les voyages à l’étranger. Le projet du gouvernement fédéral et des gouvernements des États fédérés de ralentir la propagation de la pandémie en instaurant un “repos pascal” de cinq jours n’est plus d’actualité après quelques allers-retours et des excuses sensationnelles de la part du chancelier. “Le problème, a toutefois souligné M. Spahn, ne disparaît pas simplement parce que les jours de repos n’ont pas lieu comme prévu.”

Selon M. Spahn, le nouveau règlement d’entrée, selon lequel tous les voyageurs aériens à destination de l’Allemagne doivent présenter un test négatif au coronavirus, entrera en vigueur lundi soir et non dimanche comme prévu initialement. Le gouvernement fédéral avait voulu donner aux voyageurs et aux compagnies aériennes un peu plus de temps pour appliquer la mesure. Toutefois, M. Spahn a souligné que cette mesure ne changeait pas la donne.

On ne connaît pas encore les détails de la nouvelle réglementation sur les voyages à l’étranger. Par exemple, le gouvernement fédéral étudie toujours la possibilité d’interdire les voyages vers des pays de vacances populaires, indépendamment de leur incidence. La France pourrait être classée aujourd’hui comme zone à forte incidence de Corona, a laissé entendre la chancelière Angela Merkel.

Angela Merkel : les interdictions de voyager suscitent des “préoccupations juridiques considérables”.

La chancelière allemande Angela Merkel s’en tient à son examen d’une restriction des voyages de vacances à l’étranger, mais admet qu’il existe des “réserves juridiques considérables”. Elle a demandé aux ministères concernés d’examiner cette restriction “de manière exhaustive et vraiment approfondie”, a déclaré Mme Merkel. “Nous ne pouvons pas nous comporter de manière illégale”, ajoute-t-elle.

Le ministre des Affaires étrangères, M. Maas, a également demandé un examen très attentif. “Je pense qu’après ces derniers jours, il est très important que les choses que nous avons mises en route puissent être mises en œuvre par la suite”, a-t-il déclaré, faisant allusion aux allers-retours sur la soi-disant trêve de Pâques.

Une interdiction de voyager serait “une incursion de très grande envergure dans la liberté des gens”, a souligné M. Maas. D’un autre côté, a-t-il dit, la situation actuelle de l’infection est exceptionnelle. “Il ne s’agit pas d’un simple exercice d’équilibre”, a déclaré le ministre des affaires étrangères.

Mercredi, on avait appris que le Chancelier avait chargé les départements concernés d’examiner comment éviter une vague de voyages, par exemple à Majorque, en pleine pandémie de Corona. La levée de l’avertissement aux voyageurs pour l’île préférée des Allemands avait déclenché un boom des réservations pour la période de Pâques.

RKI : 21 573 nouvelles infections à Corona et 183 nouveaux décès

Les bureaux de santé en Allemagne ont signalé à l’Institut Robert Koch (RKI) 21 573 nouvelles infections par Corona en l’espace d’une journée. En outre, 183 nouveaux décès ont été enregistrés dans les 24 heures. C’est ce que révèlent les chiffres publiés vendredi. Il y a exactement une semaine, le RKI avait enregistré 17 482 nouvelles infections et 226 nouveaux décès en une journée.

Les données reflètent l’état du tableau de bord du RKI à 5h05, des modifications ou ajouts ultérieurs par le RKI sont possibles. Le nombre de nouvelles infections signalées dans les sept jours pour 100 000 habitants (incidence sur sept jours) était de 119,1 à l’échelle nationale vendredi matin, soit plus que la veille (113,3).

Le RKI a recensé 2 734 753 infections confirmées par le virus Sars-CoV-2 en Allemagne depuis le début de la pandémie. Le nombre total réel est probablement beaucoup plus élevé, car de nombreuses infections ne sont pas détectées. Le RKI estime à environ 2 467 600 le nombre de personnes qui se sont rétablies. Le nombre total de personnes décédées à la suite ou à l’occasion d’une infection avérée par le virus Sars-CoV-2 s’élève à 75 623.

La valeur R sur sept jours à l’échelle nationale était de 1,08 (1,00 la veille), selon le rapport de situation du RKI jeudi soir. Cela signifie que 100 personnes infectées infectent mathématiquement 108 autres personnes. La valeur représente dans chaque cas l’apparition de l’infection il y a 8 à 16 jours. S’il est inférieur à 1 pendant une longue période, le nombre d’infections diminue ; s’il est continuellement supérieur à 1, le nombre de cas augmente.