Centrale nucléaire de Dukovany: la République tchèque exclut la Russie – tagesschau.de

État: 20/04/2021 17 h 37

Le différend diplomatique entre la Russie et la République tchèque s’élargit. La société russe Rosatom n’est plus autorisée à postuler en tant que développeur de la centrale nucléaire de Dukovany. L’entreprise a évoqué une “décision politique”.

La République tchèque exclut la Russie de l’appel d’offres prévu pour l’extension de la centrale nucléaire de Dukovany en Moravie. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Karel Havlicek, a annoncé que Rosatom ne sera pas autorisé à participer à une habilitation de sécurité préalable. C’est ainsi que le cabinet a décidé.

Rosatom a parlé d’une “décision politique” qui n’était pas bonne pour les relations tchéco-russes. Après l’exclusion du groupe russe, EdF de France, KHNP de Corée du Sud et Westinghouse des USA sont toujours en lice.

Valeur de la commande de six milliards d’euros

Un nouveau bloc réacteur doit être construit pour la centrale nucléaire de Dukovany d’ici 2036. La République tchèque veut devenir plus indépendante de l’électricité issue du charbon. La commande est estimée à plus de six milliards d’euros.

Le cabinet du Premier ministre Andrej Babis avait en fait convenu que le prochain gouvernement ne devrait se prononcer sur le groupe de candidats qu’après les élections d’octobre. Dès avril, cependant, il y avait eu un différend entre l’opposition et le gouvernement au parlement de Prague au sujet de l’autorisation de Rosatom de participer au procès.

Le Conseil national de sécurité a recommandé que les services secrets nationaux enquêtent sur les candidats dans le cadre d’un processus de sécurité. Il a toujours mis en garde contre l’influence de la Russie et de la Chine.

Les diplomates ont été expulsés

Désormais, dès le départ, le gouvernement de Babi a exclu la société russe en tant que promoteur immobilier potentiel. Le contexte en est le fossé diplomatique actuel entre Prague et Moscou. La République tchèque a accusé la Russie d’explosions dans une décharge de munitions qui ont tué deux personnes en 2014 et expulsé 18 employés de l’ambassade de Russie.

Babis a parlé de preuves claires que des membres du service de renseignement militaire russe GRU étaient impliqués dans l’opération. Aujourd’hui, il a réitéré l’accusation; c’était une “attaque terroriste sans précédent sur le territoire tchèque”.

Le Kremlin a rejeté les allégations du gouvernement tchèque, qualifiant l’expulsion des diplomates russes de “provocation et acte hostile”. En retour, Moscou a expulsé 20 membres de l’ambassade tchèque du pays.

Prague cherche de l’aide en Europe

La réaction de la Russie est désormais perçue à Prague comme disproportionnée. Le ministre de l’Intérieur Jan Hamacek, qui dirige également le ministère des Affaires étrangères à titre provisoire, a critiqué le fait que l’ambassade relativement petite de son pays à Moscou était “paralysée” dans sa fonction. Il avait convoqué mercredi l’ambassadeur de Russie pour manifester. En outre, les alliés de l’UE et de l’OTAN seront invités à soutenir le travail de la représentation.

Extension Dukovany sans Rosatom

Peter Lange, ARD Prague, 20.4.2021 · 12h30