Sophie Benoiton 27 juin 2019
Kiabi passe du durable

Kiabi, enseigne textile de la galaxie Mulliez, souhaite que ses collections soient eco-conçues d’ici 2030. En attendant, elle s’engage à sourcer de façon plus responsable.

L’enseigne Kiabi s’engage sur le durable pour mieux respecter la planète

En finir avec la guerre des prix

A l’instar d’Alexandre Bompard, PDG de Carrefour, défendant la qualité alimentaire pour tous, le patron de Kiabi Nicolas Hennon veut mettre fin à la guerre des prix par le haut. Le patron de l’enseigne textile a détaillé lundi 24 juin son projet d’entreprise intitulé “Kiabi Human”. Ce dispositif a pour objectif une offre 100% éco-conçue d’ici 2030. La chaîne de vêtements distribuant tous les ans 300 millions d’articles à petit prix pour 1,9 milliard d’euros se fixe des objectifs élevés.

 Dans quelques jours, il publiera son premier rapport social et environnemental.

Désormais, la liste de ses sous-traitants dans le monde est d’ores et déjà consultable sur son site, avec leur nom et adresse.

Les acteurs du secteur se mobilisent autour d’une mode responsable.

“Le monde a changé. Nos clients et nos collaborateurs attendent autre chose de nous”.

Le constat du dirigeant de l’entreprise contrôlée par la famille Mulliez est limpide. “Nous essayons de réduire notre empreinte carbone partout, de la production à la vente, et même en fin de vie avec le recyclage.”

Les esprits ont changé, notamment suite au reportage de la télévision danoise montrant comment H&M détruit 12 tonnes d’invendus par an.

Dans l’Hexagone, François-Henri Pinault le 15 mai dernier a été missionné par l’Élysée de mobiliser les acteurs de la mode d’ici l’été et de définir collectivement des engagements pour réduire leur impact environnemental. Ce n’est pas tout. Le Premier ministre a demandé, le 4 juin, au secteur de favoriser les dons et le recyclage des invendus. D’autres mesures sont prévues cet été dans le cadre du projet de loi “Economie circulaire” pour définir les nouveaux contours des pratiques du secteur.

Passionné de marketing, j'ai voulu étudier le référencement et la rédaction web pour assuré un bon marketing pour les site web. Je suis rédactrice bénévole sur ce site d'actualités sur les rubriques Société et International principalement.