Brexit : pourquoi l’Allemagne refuse 200 millions d’euros de l’UE – WELT

El s’agissait d’une question de 180 milliards d’euros lorsque les dirigeants se sont affrontés pendant près de cinq jours et quatre nuits en juillet dernier pour convenir du fonds de relance de la crise Corona et du budget à long terme de l’UE jusqu’en 2027. Il est compréhensible qu’une somme relativement modeste n’ait guère retenu l’attention à l’époque : les 27 États membres de l’UE ont également convenu d’un fonds de cinq milliards d’euros pour les pays de l’UE particulièrement touchés par le Brexit lors du sommet marathon de l’été dernier.

En fait, un document de travail de la Commission européenne obtenu par WELT montre qu’une grande partie de l’argent de la soi-disant “réserve pour l’ajustement au Brexit” doit aller à l’Allemagne.

Lire aussi

Fonds européen de reconstruction

Le pot a été mis en jeu l’été dernier par le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, qui a coordonné les négociations. Ce fonds de cinq milliards était destiné à persuader la Belgique, l’Irlande et d’autres petits contributeurs nets d’accepter le fonds de reconstruction de l’UE de 750 milliards. Mais il semble maintenant que de grands États de l’UE comme la France et l’Allemagne pourraient devenir les bénéficiaires surprises du Brexit – et des pays comme la Belgique ou l’Irlande pourraient être déçus.

Le total de cinq milliards d’euros doit être déboursé en deux tranches, dont quatre milliards seront versés d’ici la fin de l’année et un autre milliard en 2024, lorsque les conséquences à long terme du Brexit devraient être plus visibles.

Il est prévu que les capitales transfèrent l’argent aux entreprises et aux régions concernées. Sur les quatre premiers milliards, selon le document de la Commission, environ 429 millions d’euros doivent aller à l’Allemagne, ce qui ferait du trésor allemand l’un des principaux bénéficiaires de la réserve du Brexit.

La France veut changer la clé de répartition

L’argent supplémentaire n’ira qu’à l’Irlande, particulièrement touchée, où 991 millions d’euros seront versés, et aux Pays-Bas, qui peuvent espérer 714 millions. La France recevra 397 millions, la Belgique 305 millions et le Danemark 233 millions.

Si l’impact du Brexit sur l’économie allemande est bien plus faible que dans des pays comme l’Irlande, la taille même de l’économie allemande et l’importance correspondante des échanges avec le Royaume-Uni garantissent qu’une grande partie de l’argent circulera en Allemagne. Cette distribution pourrait à elle seule faire froncer les sourcils dans les pays les plus touchés.

Aujourd’hui, cependant, encore plus d’argent menace d’aller vers les grands pays de l’UE – et beaucoup moins vers les pays qui sont particulièrement touchés par le Brexit. La France veut changer la clé de répartition de l’argent afin que beaucoup plus d’argent arrive en France.

La proposition législative de la Commission fait actuellement l’objet de discussions parallèles au Parlement européen et entre les États membres. Dans les discussions entre les capitales, Paris insiste fortement sur le changement correspondant ; les fronts se sont manifestement durcis.

Lire aussi

Combo Euro fort

L’Espagne, qui en bénéficierait également, soutient la France. Le gouvernement allemand, quant à lui, ne veut pas mettre en péril le compromis européen laborieusement obtenu et rejette les changements. Et ce, malgré le fait que l’Allemagne bénéficierait considérablement de ces changements. C’est ce que montrent les négociations parallèles au Parlement européen, qui a également son mot à dire sur la loi.

L’eurodéputée française Valérie Hayer, en charge de la réserve Brexit au sein de la commission des budgets, y a introduit une proposition d’amendement qui reflète les idées de Paris. Et la proposition du député du parti de Macron, La République en Marche, a tout pour plaire.

Dans la proposition finement équilibrée de la Commission, qui a vraisemblablement été formulée dans l’optique d’une répartition spécifique, le facteur décisif pour l’allocation des fonds a jusqu’à présent été la part du commerce dans la production économique totale d’un pays – à côté de l’importance de la pêche dans les eaux britanniques.

Cette proposition favorise donc les économies pour lesquelles le commerce est fondamentalement fort, comme l’Irlande, la Belgique – ou l’Allemagne. La proposition de M. Hayer, en revanche, veut maintenant faire de l’importance du commerce avec la Grande-Bretagne jusqu’à présent – et par rapport au commerce avec tous les pays de l’UE – la base du calcul.

Les pays les plus durement touchés recevraient moins d’argent

Cette clé favoriserait donc les pays qui réalisent une grande partie de leurs échanges avec la Grande-Bretagne, quelle que soit l’importance des exportations pour l’économie dans son ensemble. La réaffectation des fonds serait importante. Le député européen belge Pascal Arimont a calculé ce que cette nouvelle formule de calcul apporterait. Il a donné un aperçu de ses calculs à WELT.

Selon ce principe, ce sont surtout les quatre plus grandes économies de l’UE qui en profiteraient énormément : La France recevrait 263 millions d’euros supplémentaires et l’Allemagne 128 millions de plus. L’Espagne pourrait compter sur 290 millions d’euros au lieu de 174 millions, et l’Italie sur 156 millions au lieu de 82,2 millions.

Toutefois, les montants pour les pays relativement les plus touchés diminueraient : L’Irlande perdrait 200 millions d’euros, les Pays-Bas 205 millions d’euros et la Belgique 131 millions d’euros. “La proposition modifie très durablement la répartition des fonds et fait en sorte que précisément les pays particulièrement touchés par le Brexit reçoivent moins d’argent”, explique à WORLD l’élu belge du groupe conservateur PPE au Parlement.

Lire aussi

Vue de l'autoroute vide Heilbronn - Stuttgart près de Weinsberg le 09/12/1973, le troisième dimanche de 1973 avec une interdiction de conduire. En raison de la crise pétrolière persistante, une interdiction de conduire le dimanche a été imposée pour la première fois le 25.11.1973. D'autres interdictions de conduire le dimanche ont suivi les 2 et 9 décembre 1973.

“Cela change la philosophie de base de la réserve, qui devait être un mécanisme de solidarité.” En fait, dans les délibérations des trois commissions parlementaires concernées, les fronts ne se situent pas entre les lignes de parti mais entre les nationalités des députés – analogues aux positions des capitales.

Au Parlement aussi, les Allemands tentent de préserver le compromis européen. “La proposition est non européenne et même insensée, après tout, il s’agit d’amortir les conséquences du Brexit”, déclare par exemple l’eurodéputé CDU Niklas Herbst, qui siège pour le groupe PPE dans les commissions pertinentes du budget et de la pêche. “Malgré toutes les faiblesses de la proposition de la Commission, nous ne devons pas modifier la répartition, mais faire en sorte que l’argent circule rapidement.”

L’eurodéputé vert Rasmus Andresen, qui siège à la commission du budget, avertit que des discussions sur la répartition se profilent également au sein des pays bénéficiaires. “Les fonds devraient être versés directement aux régions les plus touchées et ne pas s’infiltrer dans les budgets nationaux”, a déclaré l’eurodéputé à WELT.

Le Comité des régions (CdR), qui adoptera son avis sur la réserve vendredi, demande également que les régions aient davantage leur mot à dire sur la manière dont elle est distribuée. Le président de la région française de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, qui dirige le CdR sur cette question, demande également un milliard supplémentaire pour les régions touchées.

Vous pouvez écouter ici nos podcasts WELT

Nous utilisons le lecteur du fournisseur Podigee pour nos podcasts WELT. Pour que vous puissiez voir le lecteur de podcasts et interagir avec le contenu de Podigee et d’autres réseaux sociaux ou l’afficher, nous avons besoin de votre consentement.

“Alles auf Aktien” est le bulletin boursier quotidien de la rédaction économique de WELT. Tous les matins à partir de 7 heures avec les journalistes financiers de WELT. Pour les connaisseurs de la bourse et les débutants. Abonnez-vous au podcast à l’adresse suivante Spotify, Podcast Apple, Amazon Music et Deezer. Ou directement via Flux RSS.