Blocage des transports – les navires dans le canal de Suez pourraient être partiellement déchargés – Stuttgarter Nachrichten

Une image satellite montre le porte-conteneurs “Ever Given” coincé dans le canal de Suez, bloquant l’importante route maritime entre l’Asie et l’Europe. Photo : non crédité/©Maxar Technologies/AP/dpa Photo : dpa


Un porte-conteneurs bloque le canal de Suez depuis mardi. Pendant ce temps, plus de 300 navires attendent leur passage – et les dommages économiques ne cessent de croître.

Le Caire – Après plusieurs jours d’efforts pour débloquer le porte-conteneurs dans le canal de Suez, les ouvriers se préparent à un éventuel déchargement partiel de l’Ever Given. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi avait ordonné des préparatifs à cet effet.

L’amiral Usama Rabi, président de l’autorité du canal, a déclaré à la chaîne de télévision égyptienne Extra News. La pression s’accentue sur les responsables, car plus de 300 navires attendent de passer et les dommages économiques ne cessent de croître.

Selon le prestataire de services Inchcape Shipping, le navire de 400 mètres de long, qui a à peu près la taille de l’Empire State Building de New York, a jusqu’à présent été déplacé de 29 mètres. Deux autres remorqueurs, immatriculés respectivement aux Pays-Bas et en Italie, devaient arriver sur le canal dimanche pour prêter main forte. C’est ce qu’a annoncé la société Bernhard Schulte Shipmanagement (BSM), qui est chargée de la gestion technique du “Ever Given”. En conséquence, le gouvernail du porte-conteneurs pourrait déjà être libéré.

Le navire, appartenant à une société japonaise, se dirigeait vers Rotterdam lorsqu’il s’est échoué en transitant dans le canal avec deux pilotes à bord, mardi. La cause, selon les premières investigations, était “des vents forts”, a annoncé BSM. L’amiral Rabi a toutefois exclu que le vent et la tempête de sable soient les seuls responsables de l’accident. Une “erreur humaine” ou un défaut technique n’ont pas non plus pu être exclus.

Une tentative de soulever des centaines de conteneurs du navire à l’aide d’une grue, par exemple, et de réduire ainsi sa cargaison, prendrait des jours, voire des semaines. Décharger les grands conteneurs pesant des tonnes d’une hauteur de près de 60 mètres en plein désert et sans l’infrastructure d’un port serait un défi logistique. Le “Ever Given” peut transporter jusqu’à 18 000 conteneurs.




Le blocus, qui dure plusieurs jours, prive l’Égypte d’importants revenus. L’autorité du canal a encaissé environ 5,6 milliards de dollars en 2020 grâce aux transits de 18 800 navires. Les compagnies maritimes Hapag-Lloyd (Hambourg), CMA CGM (France), MSC (Italie/Suisse) et HMM (Corée du Sud) ont annoncé qu’elles détourneraient un total de 22 navires par le Cap de Bonne Espérance en Afrique. Dimanche, M. Rabi a défendu le canal de Suez contre les critiques qui ont suivi l’incident, affirmant que la voie navigable reste “la route la plus sûre et la plus courte” entre l’Asie et l’Europe.

Les 25 membres de l’équipage du Ever Given, tous originaires d’Inde, se portent bien et continuent d’être à bord. Il n’y a pas encore d’informations sur d’éventuels dommages à la cargaison ou la pollution de l’eau.

© dpa-infocom, dpa:210328-99-02549/3