Asvis: le plan de relance respecte les objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 – Il Sole 24 ORE

Le plan national de relance et de résilience – programme d’investissement que l’Italie doit présenter à la Commission européenne dans le cadre de l’UE Next Generation, l’outil pour répondre à la crise pandémique générée par le nouveau coronavirus – “doit être inclus dans le contexte d’un programme national de réforme à élaborer dans le cadre de l’agenda 2030, comme également envisagé par le semestre européen, et à introduire des objectifs qualitatifs, des objectifs quantitatifs et des délais d’exécution ». Sous le prisme d’Asvis, le plan national de relance et de résilience préparé par le gouvernement précédent. Pour l’association, l’absence de ces indications «rend difficile l’appréciation du caractère concret et de l’efficacité de nombreuses mesures envisagées, compte tenu également du fait que l’échéance pour atteindre les objectifs du Plan est fixée au 31 août 2026».

Le rapport Asvis «Le plan national de relance et de résilience, la loi de finances 2021 et le développement durable», présenté aujourd’hui en diffusion en direct également sur le site internet de la Sole 24 Ore, devant le président de la Chambre Roberto Fico, le ministre de l’égalité des chances et la famille Elena Bonetti, aux ministres de la transition écologique Roberto Cingolani, de l’innovation technologique et de la transition numérique Vittorio Colao, avec la présidente de la Commission pour les problèmes économiques et monétaires du Parlement européen Irene Tinagli.

Chargement…

Cingolani: “Pour la transition, nous avons besoin d’une co-participation aux choix”

Roberto Cingolani, ministre de la Transition écologique, a déclaré que «la durabilité est un compromis, il n’y a pas de recette unique qui maximise le résultat. Être durable et réussir sa transition écologique, c’est trouver le bon compromis entre les différents besoins ». Et il a souligné que “nous devions pouvoir discuter de tous les choix à faire de manière non idéologique”. Selon Cingolani,

Colao: “Plus de ressources numériques, suffisamment d’années de retard sur le haut débit”

«Le nôtre est un pays d’une grande excellence en matière de R&D et d’innovation et je vois une grande capacité de réseautage et de connexion, là où nous ne sommes pas forts, c’est la capacité de mettre rapidement à profit l’innovation, nous avons un ensemble de règles, des règles qui ne sont pas un obstacle aux idées mais à l’expérimentation d’idées », a déclaré Vittorio Colao, ministre de l’innovation technologique et de la transition numérique. «Nous devons donner aux innovateurs et aux chercheurs la possibilité d’expérimenter en toute sécurité mais aussi de pouvoir aller au-delà des règles et réglementations. Nous ne manquons pas d’opportunités de réseautage mais de terres sur lesquelles expérimenter ». Colao a ensuite indiqué ses priorités à partir de la numérisation «parce que nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des régions du pays qui ne sont pas connectées et je pense aux étudiants mais il en va de même pour la santé; Je suis en train de revoir les plans que nous devrons peut-être dépenser plus mais surtout nous devons le faire, nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des années de retard dans le haut débit ». Puis il y a l’AP “qui doit être un véritable allié pour tous les habitants du pays, nous avons de bonnes fondations, nous ne partons pas de zéro mais Spid, Cie et PagoPa les ont pour seulement 20-30%”. Pour Colao «ce ne sera pas une véritable transition numérique si nous ne la lions pas à la problématique jeunesse. Nous n’aurons pas de développement si nous n’investissons pas pour les jeunes. J’avais pour référence le conseil d’administration, les actionnaires les marchés, maintenant mon point de repère, au-delà du président Draghi ce sont les jeunes, mon employeur ce sont les jeunes ».

Bonetti: “L’autonomisation des femmes nécessaire au développement durable”

“L’autonomisation des femmes en tant qu’élément nécessaire à la promotion de l’égalité des sexes devient non pas un élément de justice sociale mais un élément nécessaire pour l’activation du développement durable qui nécessite une vision stratégique de la perspective”, a expliqué Elena Bonetti, ministre de l’égalité des chances et de la famille , dans son discours. “La question des inégalités – a déclaré le ministre – est aujourd’hui un élément qui a rendu notre pays fragile, pas suffisamment armé pour résister à l’impact que nous avons subi et même pas capable de réactiver la résilience”. Bonetti a souligné que Next Generation Eu «a identifié la transition écologique et numérique comme des domaines d’intervention prioritaires. Cela signifie que la politique européenne identifie ces deux secteurs comme des atouts de développement pour l’avenir, mais nous devons être clairs sur les règles avec lesquelles nous entrons dans le jeu. L’égalité des sexes n’est pas seulement l’un des éléments de l’investissement, mais c’est un choix de méthode qui doit orienter structurellement, intégralement et transversalement l’élaboration du plan et la vie sociale “.