Damien ROUSSON 2 mai 2019

La juge Alison Nathan, de la décision de New York, empêche que Musk ne soit accusé d’outrage au tribunal pour avoir violé une entente antérieure conclue entre Tesla et l’organisme de réglementation des valeurs mobilières pour contrôler les communications de Musk.

Le pacte a été présenté vendredi dernier à Nathan par la SEC et les avocats de Musk.

Selon les modalités convenues, les tuits du fondateur devront être supervisés s’ils portent, entre autres, sur des questions telles que la production, les ventes, les conditions financières, les projets d’acquisition ou de fusion, les nouveaux secteurs d’activité ou les prévisions commerciales.

En mars dernier, la SEC avait demandé à Nathan de déclarer Musk coupable d’outrage après que le fondateur de Tesla eut déclaré sur Twitter que le constructeur de voitures électriques de luxe allait produire 500 000 véhicules cette année, un chiffre qui ne correspond pas à la réalité.

Musk a par la suite corrigé ce chiffre et a dit qu’il avait fait une erreur lorsqu’il a essayé de dire que le constructeur avait atteint un taux de production hebdomadaire de véhicules équivalent à 500 000 véhicules par an.

En 2018, l’homme d’affaires et l’entreprise s’étaient mis d’accord pour que leurs messages soient surveillés après qu’ils eurent diffusé de fausses informations sur Twitter.

En août 2018, Musk a annoncé sur ce réseau social qu’il envisageait de retirer Tesla du marché boursier et qu’il avait déjà trouvé le financement pour acheter les actions à 420 dollars US par action, un chiffre bien supérieur à leur prix du marché.

Le tuit a été accueilli avec scepticisme par les spécialistes du secteur et quelques jours plus tard, Musk a dû admettre qu’il n’avait pas les fonds nécessaires pour réaliser l’opération.

Pendant des jours, les actions Tesla ont bénéficié de fausses informations, ce qui a amené la SEC et plusieurs investisseurs à poursuivre Tesla et Musk pour avoir gonflé artificiellement leur valeur.

Musk est le plus gros investisseur de Tesla, donc la situation lui a profité directement.

En septembre 2018, Musk, Tesla et la SEC sont parvenus à un accord selon lequel les deux premiers paieraient chacun une amende de 20 millions de dollars et ont forcé Musk à abandonner temporairement la présidence du conseil d’administration de Tesla.

Tesla s’est également engagé à mettre en place ” des contrôles et des processus pour superviser les communications de Musk “.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :