Angela Merkel soutient la menace d’interdiction d’exportation d’AstraZeneca proférée par le commissaire européen – FRANCE 24

Publié le :

Berlin (AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé mardi son soutien à la chef de la diplomatie européenne Ursula von der Leyen, qui menace de bloquer l’exportation des vaccins AstraZeneca produits dans l’Union européenne, à la veille d’un sommet européen consacré à l’escalade du conflit.

“Je soutiens la présidente de la Commission Ursula von der Leyen”, a déclaré Mme Merkel.

“Nous avons un problème avec AstraZeneca”, a-t-elle ajouté.

Les fonctionnaires européens sont furieux qu’AstraZeneca ait pu honorer l’intégralité de son contrat avec le Royaume-Uni alors qu’elle n’a pas réussi à fournir ses produits à l’UE.

Dans son avertissement sévère au géant pharmaceutique anglo-suédois, samedi dernier, Mme von der Leyen a déclaré : “C’est le message à AstraZeneca : vous remplissez d’abord votre contrat avec l’Europe avant de commencer à livrer à d’autres pays”.

Cet avertissement intervient alors que l’Union européenne s’efforce d’accélérer sa campagne de vaccination contre le Covid-19, au moment même où de nombreux États membres sont confrontés à une troisième vague de coronavirus et à de nouvelles restrictions de la vie publique.

Mme Von der Leyen a déclaré qu’AstraZeneca n’avait livré que 30 % des 90 millions de doses de vaccin promises pour le premier trimestre de l’année.

Une grande partie de la frustration concerne l’approvisionnement de la Grande-Bretagne, où la campagne d’inoculation a progressé à un rythme beaucoup plus rapide et où AstraZeneca possède également des installations de production.

Bruxelles a accusé Londres d’appliquer une interdiction de facto des exportations pour assurer le succès de sa campagne de vaccination, ce que le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson a vigoureusement démenti.

La Grande-Bretagne s’est à son tour alarmée de la menace de l’UE d’empêcher les livraisons d’AstraZeneca de quitter le continent.

Mme Merkel a déclaré qu’elle-même et le président français Emmanuel Macron s’étaient entretenus avec M. Johnson à ce sujet et qu’un sommet des dirigeants de l’UE, qui se tiendra plus tard dans la semaine, abordera cette question.