Air France-KLM lance son premier vol long-courrier propulsé par du carburant d’aviation durable – The Independent

Air France-KLM s’apprête à lancer le premier vol long-courrier propulsé par du carburant aviation durable (SAF) made in France.

Décollant le 19 mai à 15 h 40, le vol 342 décollera de Paris-Charles de Gaulle et se posera à Montréal.

Total a produit le SAF à partir d’huile de cuisson usagée dans sa bioraffinerie de La Mède dans le sud de la France et dans son usine d’Oudalle près du Havre, sans utiliser d’huile vierge végétale.

Surtout, aucune modification de l’infrastructure de stockage et de distribution, des aéronefs ou des moteurs n’a été nécessaire pour incorporer le biocarburant.

La législation française appelle les compagnies aériennes à utiliser au moins 1% de SAF d’ici 2022 pour tous les vols en provenance de France, en avance sur l’objectif européen de porter ce pourcentage à 2% d’ici 2025 et 5% d’ici 2030, dans le cadre du Green Deal européen .

Airbus mène des tests pour certifier les avions de ligne pour voler avec 100% SAF dans les décennies à venir. L’avionneur français a également installé des stations de ravitaillement SAF dans ses installations industrielles afin qu’il puisse être utilisé dans les opérations de production, ainsi que pour les livraisons d’avions.

Benjamin Smith, PDG d’Air France-KLM, a déclaré: «Depuis de nombreuses années, le groupe Air France-KLM s’est engagé à réduire son empreinte environnementale. Avec le renouvellement de notre flotte, les carburants aéronautiques durables constituent notre principal levier à moyen terme pour réduire de moitié nos émissions de CO2 par passager / km d’ici 2030.

«Ces deux actions sont donc au cœur de notre stratégie, aux côtés de l’écopilotage et de la réalisation d’opérations au sol neutres en carbone.

«La France a aujourd’hui l’opportunité de se positionner comme un leader dans la production et l’utilisation de carburants durables et nous mettons tout en œuvre pour y contribuer avec nos partenaires.»

Il fait suite à la décision de la France d’interdire les vols intérieurs courts où les passagers peuvent prendre le train à la place.

Les législateurs français ont adopté la mesure de supprimer les itinéraires où le même trajet peut être effectué par chemin de fer en moins de deux heures et demie le 10 avril.

La ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, a déclaré à la radio Europe 1: «Nous savons que l’aviation est un contributeur de dioxyde de carbone et qu’en raison du changement climatique, nous devons réduire les émissions.

«De même, nous devons soutenir nos entreprises et ne pas les laisser tomber.»

L’interdiction des vols intérieurs fait partie d’un projet de loi climatique plus large visant à lutter contre les émissions de la France, en les réduisant de 40% par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030.